Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info
 
S'abonner à ce blog
Nenelechampenois » Big Blog Blag » Histoire à la gomme (12)

Histoire à la gomme (12)

"Chitty Bang Bang"

La réalité précède la fiction !

Des créations tonitruantes du Comte Zborowski à l'engin mythique d'un conte pour enfant, l'incroyable saga d'une machine de rêve, devenue icône cinématographique, au point de faire oublier ses origines, pourtant bien réelles …

René B.
Photos: collection de l'auteur

rb0 vote

De tous les personnages hors du commun dont s'est nourrie l'histoire des "spéciales" britanniques, le comte Louis Vorow Zborowski n'est pas le moins excentrique. Polonais par son père, le comte Elliot Williams Morris Zborowski, américain par sa mère, Margaret, apparentée à l'une des familles les plus fortunées des Etats Unis, anglais par la naissance, à Londres, le 20 février 1895, "Lou" (comme l'appellent ses amis) est l'archétype du riche dilettante, fasciné par les voitures de haute performance …
Pourtant, son père Elliot s'est tué en course, le 1er avril 1903, alors qu'il escaladait la côte de La Turbie (sur les hauteurs de Menton), au volant d'une puissante Mercedes. Ce drame, qui laisse le jeune comte orphelin à 8 ans, aurait pu -aurait du ?- l'éloigner à jamais des choses de l'automobile. Il semble que, au contraire, le destin paternel soit au cœur de la démarche du fils.

D'Indianapolis à Monza …

rbrbVoir l'image en grand0 vote

Premières courses avec l'Aston Martin, marque dans laquelle "Lou" est fortement impliqué

rbrbVoir l'image en grand0 vote

L'aventure d'Indianapolis, avec une Bugatti Type 30 monoplace, à l'aérodynamique étudiée ...
rbrbVoir l'image en grand0 vote

En 1974, vous auriez pu acquérir la Bugatti "Indy" du comte Zborowski !

rbrbVoir l'image en grand0 vote


rbrbVoir l'image en grand0 vote

La "modeste" CHITTY II, taillée pour Brooklands
En 1920, Louis Zborowski se lance dans la construction de sa première voiture de course, que trois autres modèles suivront, sous leur fameuse appellation de "Chitty Bang Bang". Mais le jeune homme (dont la mère décède en 1911, laissant son fils à la tête d'une impressionnante fortune personnelle), a déjà tâté de la compétition. Notamment au volant d'une Aston Martin, tout premier modèle d'une marque à la naissance de laquelle son implication personnelle n'est pas étrangère. Sa participation financière à l'aventure Aston Martin sera même déterminante pour l'avenir de la jeune firme. Pilote amateur, au plein sens du terme, "Lou" se fait remarquer pour son joli coup de volant, à telle enseigne qu'il est missionné parmi les conducteurs d'Aston Martin, pour disputer le G.P. de l'A.C.F., à Tours en 1923. De même, Bugatti n'hésite pas à l'incorporer dans l'équipe qui dispute les "500 Miles" d'Indianapolis 1923, avec ses monoplaces "Type 30" spécialement étudiées pour l'occasion, et l'américain Miller lui confie un volant pour le G.P. d'Italie, évidemment couru à Monza. L'année suivante, c'est Mercedes qui fait appel à ses compétences. A Monza, encore, dans le G.P. d'Italie, sa voiture quitte la piste à haute vitesse, et le comte Louis Zborowski ne survit pas à ses blessures. A 29 ans, il connaît le même sort tragique que son père …

Un livre et un film !


rbrbVoir l'image en grand0 vote

A défaut de filtre à particules !

rbrbVoir l'image en grand0 vote

Deux "spéciales" so british, à l'opposé l'une de l'autre ! La "GN Spider" et la "Chitty II"

rbrbVoir l'image en grand0 vote

La toute première Chitty, à Brooklands, avec son moteur Maybach emprunté à un Zeppelin

L'appellation des "Chitty Bang Bang" est, comme souvent en pareil cas, sujette à question, sinon à caution. Il est probable qu'au moment de baptiser sa première création, Zborowski, qui manie l'humour aussi bien que le volant, lui ait tout bêtement donné ce nom en forme d'onomatopée, rappelant le vacarme du moteur et de la transmission par chaîne ! Il n'est pas impossible que ce patronyme fasse, également, référence à une chanson populaire parmi les fantassins anglais, lors de la Première Guerre Mondiale.
En tout cas, "Chitty Chitty Bang Bang" (on note que le "chitty est, ici, doublé) inspire l'écrivain Ian Fleming, le père de James Bond, qui publie sous ce titre un livre pour enfant, édité en octobre 1964, deux mois après le décès de son auteur. En 1968, la nouvelle de Fleming, évidemment articulée autour des exploits d'une automobile extraordinaire, dotée de pouvoirs magiques, est portée à l'écran, sous forme de conte musical, par Ken Hugues, pour le compte de la MGM. Le succès du film est considérable, à telle enseigne que l'histoire d'une "Chitty Chitty Bang Bang" qui vole et qui parle occulte durablement la véritable saga des voitures de Zborowski !


rbrbVoir l'image en grand0 vote
Ici, telle que dans le film, avec ses ailes et autres accessoires magiques


rbrbVoir l'image en grand0 vote

rbrbVoir l'image en grand0 vote

La Chitty Chitty du film, telle qu'elle est conservée
Récupérée par les frères Conan Doyle

C'est à la fin de l'année 1920 que Louis Zborowski, habitué du très rapide autodrome de Brooklands, (créé en 1907, mais dont les heures de gloire se situent entre 1920 et 1930), décide de construire un bolide taillé pour la performance pure. Avec le concours de l'un des futurs "Bentley's Boys", Clive Gallop, "Lou" marie un châssis de Mercedes, dans lequel est installé un énorme 6 cylindres en ligne Maybach de 23 litres (22 990 cm3 !), prélevé sur un dirigeable Zeppelin de 1914, qui transmet ses nombreux chevaux (Combien ? Beaucoup !) aux roues arrière, via une transmission par chaîne. Avec ce monstre, le comte s'adjuge la course "handicap" du meeting de Pâques 1921, à plus de 160 km/h de moyenne. Cette "Chitty" N°1 est récupérée, en 1924, par les frères Adrian et Denis Conan-Doyle, dont le père, Sir Arthur, est le créateur de l'énigmatique détective Sherlock Holmes. Les mauvaises langues prétendent que Adrian et Denis n'ont d'autre occupation que celle de dilapider les droits d'auteur de papa, en particulier dans l'acquisition de maints bolides de course, dont plusieurs Bugatti (1) … Laissée à l'abandon dans les années 30, la "Chitty" originelle n'a jamais pu être récupérée … "Chitty 2" est mise en chantier au cours de l'été 1921. Le châssis utilisé est de même origine (Mercedes), mais dans une version considérablement raccourcie, tandis que la carrosserie, plus simple, est également moins lourde. Le moteur vient, lui aussi, du monde aéronautique, sous forme d'un 6 cylindres Benz BZ 18/4, de "seulement" 18,8 litres de cylindrée. Bien que la voiture réalise en 1922 un tour du circuit de Brooklands à près de 180 km/h, elle ne brille guère en compétition. Par contre, elle va s'avérer excellente voiture de route, permettant notamment à Zborowski un voyage dans le … Sahara (2) ! Elle est, aujourd'hui, pensionnaire d'une collection privée, aux U.S.A., après avoir longtemps séjournée au « Montaigu Motor Museum ».


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Une rare photo de la Chitty-Mercedes lors de son périple saharien ....

rbrbVoir l'image en grand0 vote

rbrbVoir l'image en grand0 vote



"Babs", du meilleur au pire

La troisième voiture, fabriquée en 1922, n'est pas aussi monstrueuse que les deux autres. Elle est même, par comparaison, fort modeste, avec les 180 chevaux de son moteur Mercedes de 14 litres, toujours prélevé sur un aéroplane (ou un dirigeable ?). Par contre, la "Chitty" N°4, connue sous le nom de "Hingham Special", équipée d'un fabuleux moteur américain Liberty de 1918, un V 12 de 27 litres délivrant 550 chevaux, est la machine la plus impressionnante de la famille. C'est avec cet engin diabolique, en chantier lorsque Zborowski trouve la mort à Monza, et rebaptisé "Babs", que John Godfrey Perry-Thomas établira un record mondial de vitesse, en avril 1926, sur la plage britannique de Pendine, à 259 km/h.


rbrbVoir l'image en grand0 vote
rbrbVoir l'image en grand0 vote


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Perry-Thomas et "BABS" sur le chemin du record, et sur la route du destin ..

rbVoir l'image en grand0 vote

Cette performance est éclipsée, au début de 1927, par le Major Campbell, et c'est à Pendine, en tentant de récupérer son bien, que Parry-Thomas est tué dans une épouvantable cabriole, effectuée à plus de 250 km/h … Volontairement enfouie dans le sable sur les lieux de l'accident, "Babs" a été déterrée, et restaurée quarante ans plus tard, par un collectionneur dont la démarche fut, alors, très contestée.


1) Les frères Conan Doyle achètent notamment, neuf, un Type 51A (8 cylindres en ligne-1,5 litres/2 ACT, à compresseur, châssis 51160), en avril 1936. Avec cette voiture, Adrian remportera en Grande Bretagne (notamment à Brooklands) de nombreuses victoires de catégorie. Rangé des voitures (si l'on ose dire), il reprendra le personnage de Holmes, poursuivant l'œuvre de son père, non sans un certain succès.
2) On ne possède guère d'informations sur cette promenade saharienne, sinon qu'elle ne se voulait en rien une "expédition". Pourtant, la "Chitty Bang-Bang" utilisée fut, sans doute, l'une des premières automobiles à se lancer dans pareille aventure, avant les très sérieux "raids" organisés (avec des véhicules adaptés au défi !), surtout par Bugatti, puis Renault et Citroën.
A propos
Nenelechampenois

Bienvenue sur le blog de

Nenelechampenois

Voir son profil

Mes coups de cœur, mes coups de sang ....

Catégories
Les commentaires récents
  • Grigougnou
    Bien vu et bien envoyé, quelque chose me dit que je n'ai pas fini de te lire ;)

    Alain, ami de passage qui rentre à Lyon.

    PS : la chatte semble en effet très attachante...

    Le 13 septembre 2018
  • Farfadet 86
    Excellent billet... anecdotes, historique de l'auteur débutant conducteur et du modèle,  participations aux épreuves sportives, caractéristiques techniques, tout y est !...

    Une Dauphine au-dessus du lot et...

    Le 12 février 2018
  • Farfadet 86
    L’Éternel féminin ici conjugué en grâce à l'auto elle aussi tant désirable.
    Charme indéniable de la FEMME qui sied à ces termes eux aussi au féminin :  automobile, voiture, belle mécanique, "bagnole", "caisse"...

    Le 12 février 2018
  • Farfadet 86
    Qu'importe le verre ou les "sous verts" pourvu qu'on ait l'ivresse !...

    Merci pour ce reportage photos qui a mis spécimens rares et modèles populaires d'antan bien en évidence pour le visiteur de ces pages.

    Le 12 février 2018
  • Farfadet 86
    Encore un beau et exhaustif reportage, bien fadé en photos et explications sur ces Mercedes W 196 /198 , stars en leur temps. des sportives de haut niveau.
    Un palmarès plutôt  consistant sous l'égide d'un directeur de...

    Le 17 novembre 2017
  • Farfadet 86
    Encore un billet de qualité nous montrant combien l'Aventure automobile et son retentissement dans les sports mécaniques ne sont pas que mythes  mais un panel de faits bien réels, des passes d’armes par voitures de...

    Le 10 août 2017
  • Nenelechampenois
    Merci pour le commentaire, Farfadet !

    Le 25 mai 2017

 
Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.