Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

 
Publi info
S'abonner à ce blog
Nenelechampenois » Big Blog Blag » Histoires à la gomme ....

Histoires à la gomme ....

Rudolf Valentino



Muet d'admiration devant sa Voisin !


Ce n'est pas un scoop, et l'histoire de la Voisin C5 dans laquelle la vedette du "muet" aimait à se déplacer est (relativement) connue … Mais si l'on creuse un peu le sujet, on s'aperçoit que ce sont bien deux, voire trois automobiles sorties des ateliers d'Issy-les-Moulineaux qu'utilisait le beau Rudolf. Cette fidélité aux productions du génial Gabriel méritait bien d'être mise en scène.



René B.

Clichés: collection de l'auteur, DR





Rodolfo Alfonso Raffaello Piero Filiberto Guglielmi di Valentina naît le 6 mai 1895 dans une cité des Pouilles, au sud de l'Italie. Le futur comédien est élevé dans une famille aisée, son père étant un ancien officier de marine, devenu vétérinaire. Rodolfo n'a que onze ans lorsque son père décède et, à quinze ans, le jeune homme s'inscrit auprès d'une académie militaire, où il ne peut rester, pour des raisons médicales. Il devient alors étudiant à l'université de Nervi, à Gênes, obtenant un diplôme de science agronomique. Celui-ci ne lui servira, semble-t-il, jamais à rien d'autre que de cultiver son image … On le retrouve à Paris, où Rodolfo exerce des talents de danseur mondain, dont on prétend qu'ils se doublaient d'une lucrative activité de gigolo !






rbrbVoir l'image en grand0 vote




rbrbVoir l'image en grand0 vote


Amateur de belles automobiles, Valentino est d'abord attiré par l'Italie natale ! Il acquiert un coupé-chauffeur Isotta-Fraschini ....


Notre propos n'étant pas d'écrire, ici, la biographie exhaustive du personnage, nous nous contenterons d'un rapide survol de sa vie, d'ailleurs courte … Le mirage américain ne laisse pas insensible le jeune italien. Il débarque à New York le jour de Noël 1913 et, après un début de séjour difficile, parvient à se faire une place au soleil de Brodway comme danseur professionnel, notamment spécialisé dans le tango argentin. En 1917, il rejoint la côte ouest, plus précisément San Francisco, où sa rencontre avec un acteur nommé Norman Kerry l'amène à tenter sa chance dans le cinéma. Après une période d'apprentissage, vouée aux petits rôles, Valentino connaît le succès grâce au film "Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse", et sa jeune gloire ne fait que croître et embellir avec "Le Cheick", puis "La Dame au Camélias". Il épouse, en seconde noce, l'actrice Natacha Rambova, enchaîne les triomphes, tourne avec les plus grandes stars, Gloria Swenson, Alice Terry, et devient lui-même une figure de proue du cinéma muet. Un paradoxe pour un individu qui maîtrise parfaitement l'italien, le français et l'anglais ! Son mariage avec l'ambitieuse Natacha tourne court, et elle l'accuse même d'être homosexuel, un statut qui, à l'époque, et lorsqu'on fait se pâmer des milliers de femmes par écran interposé, est plutôt mal perçu …




rbrbVoir l'image en grand0 vote

Le beau Rudolf dans toute la splendeur de sa gloire, dans le film "The Cheick" où il campe un pseudo-prince arabe


En 1925, Valentino tourne l'un de ses derniers films, "Le Fils du Cheick". Alors que, partout où passe la bobine, les cinémas affichent complets, l'acteur est hospitalisé avec un ulcère gastrique aigu. L'opération chirurgicale qui s'ensuit tourne mal, et le 23 août 1926, Rudolf Valentino succombe à une septicémie, à l'âge de 31 ans.


Deux Voisin achetées à l'usine



rbrbVoir l'image en grand0 vote
A droite, avec la grosse Isotta-Fraschini, qui arbore la "tête de cobra" ....



rbrbVoir l'image en grand0 vote



rbrbVoir l'image en grand0 vote





Le torpedo sport Voisin C5 est acheté (?) directement auprès du constructeur, et restera à Paris, où l'on voit ici Valentino au volant, dans une rue puis devant l'hôtel Plazza Athénée



Comme beaucoup de vedettes d'Hollywood, mais en jouant un rôle de précurseur, Rudolf Valentino succombe aux charmes des belles automobiles européennes. Est-ce simplement par un penchant, alors naturel, pour l'exotisme que dégage certains noms, bien que la magie ait surtout opéré plus tard, avec Bugatti, Porsche ou Ferrari ? Ou bien les origines italiennes (il n'a d'ailleurs jamais été citoyen américain) de l'acteur expliquent-elles cet engouement ? Toujours est-il que Valentino va rouler dans un gros coupé-chauffeur italien, et surtout grâce à un torpédo appartenant à une toute jeune firme française, alors peu connue, Voisin. Mais on verra que ce choix a été, largement, dicté par le lieu où l'acteur a acquis sa C5 !


C'est en 1922 que Rudolf s'offre une vaste et confortable Isotta-Fraschini Tipo 8 (1), qui est carrossé aux U.S.A. par Fleetwood. L'année suivante, l'acteur achète le torpédo Voisin C5 dont tous les exégètes de la marque d'Issy-les-Moulineaux ont fait état. C'est à la même période que le comédien italo-américain fait l'acquisition d'un châssis Voisin C7L (2) à empattement long, qui est habillé -probablement- par le constructeur, qui le propose à son catalogue- en coupé-chauffeur. Valentino le destine à son épouse Natacha Rambova, que l'on voit d'ailleurs avec lui, à côté de la Voisin, sur l'unique cliché connu de cette voiture. Bien qu'elle ait, selon toute vraisemblance, survécu à son propriétaire, on perd sa trace dès l'année 1926. En effet, dans la somptueuse propriété que l'acteur habitait sur les hauteurs de Beverly Hills (pléonasme !), on n'a retrouvé en décembre 1926 que la Voisin C5, l'Isotta-Fraschini, un coupé Franklin et un roadster Chevrolet ! L'explication réside dans le fait que cette voiture n'a … jamais quitté la France. Comme le prouve le journal intime du comédien: "Paris, 5 août 1923. Arrivé à Paris, la première chose à faire a été d'acheter une automobile … J'ai examiné 17 marques différentes et finalement, je suis allé chez Voisin, où j'ai commandé deux voitures que j'ai l'intention de laisser ici, pour les utiliser entre deux tournages. J'ai commandé une décapotable pour moi, et un modèle fermé pour Natacha".




rbrbVoir l'image en grand0 vote

C'est Valentino qui conduit sa Voisin dans les rues parisiennes, le chauffeur restant sur la banquette arrière

Sous le signe du cobra !


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Le coupé-chauffeur Voisin C7L, acquit en même temps que le torpedo, est destinée à l'épouse de Rudolf, l'exigeante Natacha Rambova. Le couple pose à côté de la voiture ....


Ce "modèle fermé" est une Voisin C7L, donc une 4 cylindres monobloc, sans soupape (licence Knight), de 1 550 cm3. L'embiellage repose sur un vilebrequin à 2 paliers, et la mécanique délivrant 44 chevaux à 4 000 tr/mn, est accouplée à une boîte à trois vitesses. La puissance est faible pour un véhicule relativement important, mais on sait que Gabriel Voisin a toujours privilégié le poids, la maniabilité et la tenue de route, obtenue grâce à un châssis surbaissé par rapport aux productions de la même époque. Comme l'Isotta-Fraschini, cette Voisin C7L (dont il fut construit 1 350 exemplaires, tous types C7 confondus) a reçu un bouchon de radiateur représentant un serpent cobra dressé, que Valentino avait élu comme totem. Exit, donc, l'emblème traditionnel des Voisin, la belle et sculpturale "Cocotte" dessinée par Noël et Gabriel, qui identifient toutes les Voisin à partir de 1921, et qui a succédé à l'éphémère figure d'Icare, pourtant sculptée par Charles Paillet à la demande du constructeur. Cette "Cocotte" très "art déco", aux lignes épurées, était confectionnée à partir des chutes d'aluminium résultant de l'usinage de certains composants des voitures, notamment les carrosseries. Conformément au vœu de Valentino, cette C7L est restée en France … à moins qu'elle ait été récupérée par Natacha Rambova, ce qui ne nous éclaire pas davantage sur le destin de la voiture.


Un torpédo d'allure sportive


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Le torpedo C5 Sport de Mistinguette, à New-York en 1923

Le torpédo Sport C5, que tout le monde (ou presque !) connaît, possède une carrosserie qui est l'une des plus typiques, parmi les Voisin des années 1920 à 1925, et on la retrouve habillant de nombreuses C5, dont celle de la chanteuse Mistinguette. Dessiné par le carrossier Rotschild, ce torpédo 4 places, qui pouvait recevoir un pare-brise à l'arrière, s'inspire très directement de la Voisin qui a gagné la catégorie "Tourisme" lors du G.P. de l'A.C.F., à Strasbourg, en 1922. La carrosserie en aluminium propose d'ailleurs une allure très sportive, et le 4 cylindres "sans soupape" de 3 958 cm3, à 5 paliers, délivrant 82 chevaux à 3 800 tr/mn, associé à une boîte à 4 vitesses, emmène sans effort cette voiture très légère, dont le comportement routier est en avance sur son époque.


La C5 censée appartenir à Rudolf Valentino est née avec une robe noire fort stricte, teinte que l'on retrouve sur les flasques des roues, qui masquent le traditionnel rayonnage. Est-ce le modèle que l'on voit, sur des clichés pris à Paris, avec l'acteur au volant ? Sans doute. Auquel cas Valentino aurait, en fait, acheté trois Voisin : la C7L, ce Torpédo Sport C5, qui est lui aussi resté en France, et un torpédo plus classique d'aspect, avec sa partie arrière très différente, du au carrossier Belvalette. Mais une autre hypothèse se fait jour, concernant ce torpedo noir ... Comme on le voit sur une série de photographies prises dans les rues de Paris, manifestement le même jour et non moins manifestement pour illustrer un article de magazine, ne serait il pas possible que l'auto ait été prêtée, pour la circonstance, à un client aussi fidèle de la marque ? Certes, Gabriel voisin n'était pas un champion de la communication (la rigueur toute technique et le graphisme tristounet de ses publicités ne font guère rêver !), mais une telle opportunité ne se refuse pas.




rbrbVoir l'image en grand0 vote


La C5 emmenée aux USA par l'acteur est un torpedo classique, carrossé à Paris par Belvalette, et non le modèle "parisien"


C'est en tout cas une C5 ainsi gréée que la "star" fait bientôt transporter en Californie, où elle est arbore d'une couleur claire, probablement un "blanc cassé", et se voit dotée d'un volumineux pare-choc chromé à l'avant, ce qui dénature un brin la silhouette de l'auto.



rbrbVoir l'image en grand0 vote





Rudolf Valentino au travail sur le pont arrière de sa Voisin ! Un cliché par ailleurs rarissime ....








rbrbVoir l'image en grand0 vote




Les flasques de roues sont enlevés, et la "Cocotte" fait place au cobra. Si Valentino continue à utiliser sa grosse Isotta, et roule, à l'occasion, dans la Franklin ou avec la Chevrolet, c'est bien à cette Voisin qu'il est le plus attaché. Au point de jouer les mécaniciens, lorsqu'il s'agit d'entretenir la chère C5 ! Il ne refuse jamais de se faire photographier avec le torpédo, et le public a rapidement baptisé la Voisin "La voiture du Cheick", en référence à l'un des succès de l'acteur …




Restaurée en 1966


Après le décès brutal de Rudolf Valentino, un admirateur acquiert de nombreux objets personnels du disparu, parmi lesquels la Voisin ! Remisée dans un local de Burbank (Californie), la C5 tombe complètement dans l'oubli. C'est un pilote d'essai de chez "Lookheed", qui connaissait l'existence de l'auto, qui l'achète à la veuve du second propriétaire … en 1956, pour l'échanger en 1962 contre une rare Stutz "Bearcat" de 1914. Le nouveau propriétaire entreprend une restauration complète, et il faut quatre ans pour que la Voisin retrouve son lustre d'origine. Ou presque, car la C5 est, alors, repeinte en deux tons de gris, avec des rayons de roues marron, assortis au cuir qui a remplacé la sellerie initiale, très abîmée. La Voisin est mise en vente en 1972, et les enchères opposent James Brooker, qui vient d'ouvrir son "Musée du Cinéma", au président d'une grande société de cosmétique, Jack.B.Nethercutt, célèbre collectionneur de grandes automobiles classiques. Lequel l'emporte, pour une somme de 22 000 dollars qui, aujourd'hui, paraît tout à fait dérisoire ! A la question de savoir pourquoi il s'était porté acquéreur de cette C5, Nethercutt répondit laconiquement: "C'est parce que je n'en avait pas de comme ça". Ca tombe sous le sens !








rbrbVoir l'image en grand0 vote


La Voisin C5 restaurée à l'identique par J.B. Nethercutt, est l'une fierté de sa (modeste) collection






La firme Isotta-Fraschini a été créée en 1900, à Milan, par Cesare Isotta, et les frères Oreste et Vincenzo Fraschini. Elle s'est très vite spécialisée dans les grandes voitures puissantes et luxueuses, avec des moteurs à 8 cylindres en ligne que la marque fut la première à commercialiser en série. Cette mécanique, en aluminium et à soupapes en tête, de 6 litres (puis 7,3 litres), développant de 80 à 120 chevaux, équipait le Tipo 8, modèle-phare de la production dans les années 20.
Certaines sources évoquent un modèle du type C3L, dont le 4 cylindres-4 litres et les caractéristiques techniques sont identiques à ceux de la C5. Nous avons fait une recherche poussée dans nos archives Voisin, qui sont assez conséquentes, ce qui nous a conduit à retenir l'hypothèse du "petit" coupé de ville C7L, avant que des spécialistes avérés de la marque nous donnent raison. Qu'ils en soient remerciés.
Les derniers commentaires
Farfadet 86
08 février 2017 à 10h07
 
Ah bien le jeu de mots !... Avec ce titre, faisant allusion au beau gominé : l'acteur  Rudolf Valentino en même temps qu'à la gomme des pneus  des autos qu'il affectionnait.
Quant au contenu de l'article, il est  intéressant en bien des points, notamment celui de présenter  l'automobile, un modèle, une marque,  dans un contexte historique et cinématographique.
L'auto n'est pas qu'un objet de convoitise, c'est surtout une foultitude d'hommes et de femmes  qui gravitent autour, du concepteur à l'utilisateur célèbre ou lambda,  allant jusqu'au collectionneur passionné .
Bravo pour cet article instructif qui montre comment la "jeune" histoire de l'automobile , s'inscrit parfaitement dans la Grande Histoire en lui donnant un manifeste regain d'intérêt.
A propos
Nenelechampenois

Bienvenue sur le blog de

Nenelechampenois

Voir son profil

Mes coups de cœur, mes coups de sang ....

Catégories
Les commentaires récents

Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.