Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info
 
S'abonner à ce blog

SAGA


5 janvier 1880-25 décembre 1973


Gabriel Voisin, l'homme qui savait conduire un crayon …


La berge de la Saône sort doucement du brouillard, ainsi qu'il rôde souvent ici, à la fin de l'automne. Profil et regard d'oiseau de proie adouci par une fine moustache, l'individu est mince, de taille moyenne, droit comme un "I". Difficile de lui donner un âge exact, tant il semble encore jeune, très jeune, en dépit de ses cheveux blancs, et des rides qui creusent le visage aux pommettes saillantes.


L'homme regarde la rivière. Sans la voir vraiment, manifestement perdu dans des pensées que le lent débit de l'eau, sans doute, avive … A notre approche, il se retourne d'un bloc, quoique sans brusquerie: "Ah ! Vous êtes l'interviewer, comme ils disent. Je suis Gabriel Voisin. Asseyons nous sur le banc, là. J'ai fait un long voyage pour revenir ici quelques instants, vous savez … ".


rbrbVoir l'image en grand0 vote

- Pour commencer logiquement, par le début, vous êtes né tout près d'ici ?


" Oui … Premier enfant du jeune ménage formé par Amélie Cécile Forestier et Georges Guillaume Voisin, je fus déclaré sous le nom de Gabriel Eugène, le 5 février 1880, à la mairie de Belleville sue Saône, où résidait le couple. Une mère parée de toutes les vertus et un père chargé de tous les péchés, ainsi que la saga familiale allait, plus tard, me les représenter. On prétendit vite que j'avais, en moi, davantage du caractère "Voisin" que de l'héritage génétique "Forestier" ! ".


- Belleville sur Saône … Et vous revenez, bien des années plus tard, vous installer à Tournus, au bord de la Saône; puis à Ozenay, tout près de cette rivière. A Ozenay, où vous attends la lointaine échéance du jour de Noël 1973. C'est aussi à peu de distance d'ici que votre frère, Charles, se tue en automobile, justement près de Belleville. Maintenant encore, le choix précis de ce lieu de rencontre … La Saône aura joué un rôle essentiel dans votre vie ?


rbrbVoir l'image en grand0 vote



Les frères Voisin dans les années 1900, vouées à l'aviation. Gabriel est à gauche.

"C'est évident ! J'ai vu bien des rivières, bien des cours d'eau; les uns boueux ou limpides; d'autres encaissés, rageurs, coulant dans des décors d'apocalypse. Mais je ne connais rien de comparable à la Saône, à son calme tranquille et apaisant. C'est toujours auprès d'elle que je suis venu me ressourcer, reprendre force et courage. Elle fut mon point d'ancrage, ma compagne de toujours. Savez-vous que, tout jeune encore, j'en ai entièrement suivi le cours, de sa minuscule source vosgienne à cet horrible endroit où elle se dilue dans le Rhône ? Un jour, alors que nous parcourions, tout près de l'eau, les prairies plantées de saules et de peupliers; Charles, qui n'avait rien d'un poète, m'a dit: "je crois que nous sommes nés dans le plus beau pays du monde ".

"Je savais, enfin, conduire un crayon"


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Voisin ne construisit qu'une seule véritable voiture de course. Par contre, il commit nombre de machines de record, dont la première, vue ici à Montlhéry, était établit sur un châssis 18 CV de type C5

- Vos études furent, disons… chaotiques ! Comment vous êtes-vous préparé à ce métier de mécanicien d'exception et d'inventeur visionnaire, bien plus que d'ingénieur, qui fut la grande passion de votre existence ?


"Je quittais rapidement le lycée (N.D.R. Il semble que ce fut, plutôt, le lycée qui se sépara du turbulent élève Voisin …), et, après un passage à l'école des Beaux Arts de Lyon, c'est avec Monsieur Péguin, ingénieur des Arts et Métiers -comme mon grand père maternel et mon père- que j'appris la mécanique et le dessin industriel. Chez Mr. Péguin, je découvris un monde que je soupçonnais à peine. Nous préparions des installations d'usines, rédigions des brevets d'inventions, dessinions des machines diverses et de l'outillage de précision. C'est dans ce petit bureau de province que j'ai appris tout ce à quoi j'ai dû ma longue carrière, tout ce qui m'a permis de mener à bien mes entreprises. Je savais, enfin, conduire un crayon ".


- Jolie formule ! Passons sur les circonstances qui ont scellé votre séparation d'avec Mr. Péguin (et, incidemment, d'avec la belle Mme Irma, son intendante !). A ce propos, les femmes … Elles ont tenu, dans votre vie, une place au moins aussi grande que la conception d'avions et d'automobiles, non ? Vous fûtes, on peut l'affirmer, un "féministe" convaincu ?


"J'aimais non point uniquement le "sexe", j'appréciais chez la femme l'intelligence, la subtilité. Les résistances autant que les abandons.





rbrbVoir l'image en grand0 vote


La seule Voisin de Grand Prix jamais construite (en quatre exemplaires) pour le G.P. de l'A.C.F. disputé à Strasbourg, en 1923, avait une carrosserie très fine, en aluminium. Les Voisin furent, comme les "tank" Bugatti Type 32 également profilés, battues par les Sunbeam et les FIAT ... Les quatre voitures ont disparu, et cette reconstruction est l'œuvre de Philippe Moch


rbrbVoir l'image en grand0 vote


Comme toutes les voitures de luxe de l'époque, les Voisin pouvaient recevoir un grand nombre de carrosseries ....


J'aimais vivre leurs joies, partager leur existence souvent difficile et j'avais bien compris que, dans quelques millénaires, et sans doute bien avant, le "bafouilleux" masculin, sa sottise absolument indécrottable et sa prétention disparaîtraient de la création. Car l'esprit demeure, toujours, le grand vainqueur, dans les luttes de la vie. A propos de ma conduite ? L'un de mes bons amis, catholique pratiquant, me fit un jour d'affectueuses remontrances sur ma vie sentimentale, qu'il jugeait absolument détestable. Je lui révélais alors que mon mariage n'avait été que civil et, chose surprenante, cet argument le rassura pleinement. A ses yeux, je n'étais qu'un individu vivant en concubinage et, par conséquent, libre de "butiner" à son aise ! ".


- Les dames apprécieront … Revenons, un instant, aux années d'enfance, pour évoquer l'extrême complicité qui vous liait à Charles, de deux ans votre cadet. Votre alter ego, en somme. Sa disparition fut l'un des grands drames, sinon le moment le plus sombre de votre vie …


" Le 26 septembre 1912, Charles s'est tué dans un accident d'automobiles à Belleville sur Saône, à quelques kilomètres de l'endroit où nous étions nés. Il rentrait d'un tour du monde effectué en compagnie de Roland Garros, Audemars et d'autres aviateurs. J'allais enfin le revoir, et nous avions fait mille projets. Quand, dans la chapelle de l'hôpital de Belleville, je découvris son pauvre visage écrasé, quand je compris soudain que plus jamais je n'entendrais sa voix, je fus pris d'un désespoir irrésistible. La religieuse qui m'accompagnait, me voyant agenouillé, supposa que j'implorais je ne sais quelle intervention divine. "Priez", me dit-elle. La pensée m'en parût si insolite, si déplacée, que je ne pus me contenir. Je pris séance tenante des dispositions pour faire enlever le corps, et décidais que Charles serait inhumé à Neuville. Charles traversa donc une dernière fois la Saône, sur le pont de Neuville, et monta ce Chemin des Greuses que nous avions si souvent gravi tous deux au temps de notre enfance. Charles avait trente ans au jour de sa mort … ".


- Pionnier de l'aviation, vous n'avez effectué, tout au plus, que quelques centaines de mètres sur l'un ou l'autre de vos aéroplanes !



rbrbVoir l'image en grand0 vote



rbrbVoir l'image en grand0 vote



Semblable au modèle précédent, ce cabriolet dit "Petit Duc" sur un châssis 6 cylindres Type C 15 fut la dernière voiture de sa marque que posséda Gabriel Voisin. L'auteur a réalisé cette photo à l'occasion de l'une des visites régulières qu'il effectua, en compagnie de son ami Marcel Dutartre, auprès du constructeur. La C 15 était dans un simple box de Tournus, où nous allions faire prendre l'air à l'auto, la faire tourner et lui dégourdir un peu les pneus !



rbrbVoir l'image en grand0 vote


Le "Petit Duc" de la photo précédente aujourd'hui ... Propriété du spécialiste Voisin Philippe Moch, il a été entièrement restauré et propose une robe "art déco" spectaculaire


" C'est vrai ! Mais je détestais les essais en vol, à la suite d'un incident survenu en 1905, sur la Seine, accident qui ne m'avait pas directement concerné, mais me laissa une crainte maladive des expérimentations, que ce soit en avion, en bateau, et même en auto ".


"J'ai souvent pensé à ces enfants que j'avais tué, avec une préméditation inhumaine"


- Votre brutale, et définitive, décision d'abandonner toute activité dans le domaine aéronautique dès la fin de la première guerre mondiale, par quoi fut-elle motivée ? Car elle apparut, alors, comme surprenante …


"Non ! Il y eut ces stupides histoires avec de soit-disant "responsables" de l'aviation auprès du gouvernement, une belle bande d'incapables qui ne connaissaient rien du problème, et prétendaient me dicter leur loi. Il y eut, aussi et surtout, le souvenir de la première victoire aérienne obtenue, en octobre 1914, par un avion Voisin. Oui, atroce souvenir … On tira deux cadavres des décombres de l'appareil adverse. Ces deux gamins, victimes du combat, étaient nés en 1883 et 1891 … J'ai souvent pensé à ces enfants, que j'avais tué avec une précision inhumaine. Car c'est moi, en temps de paix, posément installé devant ma planche à dessin, qui avait conçu cet avion meurtrier et son armement; inventé l'engin qui allait jeter le deuil dans tant de cœurs ".


rbrbVoir l'image en grand0 vote


Dans la cour de l'Elysée, les quatre C 3 coupé-chauffeur du parc présidentiel

- Ce remord vous a toujours, tenacement, poursuivi. Alors, fini les avions … Vous décidez de convertir vos ateliers d'Issy les Moulineaux, et d'y construire des automobiles.


rbrbVoir l'image en grand0 vote



L'écusson émaillé qui figura sur les portes de l'usine, à Issy les Moulineaux


" Aussi loin que j'interroge ma mémoire, mes loisirs ont toujours été strictement employés à la construction des mécaniques les plus diverses. L'automobile me passionna très tôt et j'avais, sur le sujet, une foule d'idées (N.D.R. Et même quelques idées définitivement arrêtées !). La première Voisin, une 18/23 CV, fut présentée au Salon de Paris d'octobre 1919. Pendant des années, ce modèle et ses dérivés connurent un immense succès, pour leurs performances, mais surtout grâce à leur tenue de route et à leur légèreté. La Maison Voisin n'a construit que des carrosseries en aluminium et quelques-unes de ces productions, après cinquante ans d'utilisation ininterrompue, sont indemnes ".




rbrbVoir l'image en grand0 vote


La fameuse "cocotte", emblème de la marque, est rarement remplacé par un bouchon de radiateur de provenance étrangère, tant elle se suffit à elle-même, rappelant le passé aéronautique de Voisin

"Je n'ai jamais qu'accidentellement réussi à disposer d'un bureau !"

- Dans vos activités de constructeur d'automobiles, et même lors de votre période d'avionneur, le plus grand sérieux professionnel et une compétence indiscutée ont toujours cohabité avec votre côté frondeur, voire avec un mode de vie peu compatible avec celui de "l'ndustriel-type" …

"Ah oui ! Mon goût pour la polémique et le paradoxe ! Il m'a conduit à nier des évidences (N.D.R. L'antériorité des vols des frères Wright, par exemple), m'a amené à soutenir des théories sans fondements solides, ou à me lancer dans des disputes dont je savais, pourtant, qu'elles étaient sans issue. Nous n'étions, ni mon frère ni moi, des gens dits "sérieux". J'étais inégal dans mes fonctions, m'égarant souvent vers des solutions nouvelles ou des recherches qui n'avaient aucun rapport avec nos entreprises. J'ai peut-être gâché un temps précieux à ces travaux passionnants, mais inutiles. Nous dépensions beaucoup d'argent, avions de belles voitures, recevions: du désordre (N.D.R. Les p'tites femmes de Paris ? !) et de nombreuses sorties grevaient nos recettes de façon dangereuse. En 1920, par exemple, les faiblesses de nos affaires venaient de mon inconstance … ".


rbrbVoir l'image en grand0 vote


DESSIN GEO HAMDESSIN GEO HAMVoir l'image en grand0 vote



"Et puis, un véritable industriel officie dans un bureau, dont le luxe discret laisse cependant deviner l'aisance. Le véritable industriel est entouré de téléphones ! Il est tout naturel que l'on ne m'ait jamais pris vraiment au sérieux: je n'ai, en effet, réussi qu'accidentellement à disposer d'un bureau ! Le petit réduit anguleux où je préparais des tracés techniques était privé de téléphone, et ma planche à dessin, qui tenait presque toute la place, n'avait rien d'un meuble de salon ".


rbrbVoir l'image en grand0 vote


Une C 24 à carrosserie deux portes "Carène"





- Mais vous avez fait bon usage de cette planche à dessin ! Sans parler de toutes vos réalisations, ni de vos plus brillantesthéories, évoquons quelques travaux et quelques grandes idées qui ont fait de vous, autant qu'un créateur inspiré et parfois génial, un authentique visionnaire. L'aérodynamisme, par exemple ?


" Faire rouler, à 200 km/h, une voiture de 200 chevaux est une stupidité ! Le véritable défi consiste à réaliser la même vitesse avec 50 chevaux, et la performance en question, sans être facile, ne présente pas de très sérieuses difficultés. Il a toujours été possible de faire beaucoup mieux, infiniment mieux, que des "placards à roulettes". Notre voiture du Grand Prix de l'A.C.F. 1923 (l'unique Voisin spécifiquement destinée à la compétition de vitesse, entre parenthèses; une belle ânerie qui ne nous a pas fait vendre une automobile de plus !) roulait facilement à 175 km/h, avec un 2 litres de 70 chevaux. J'ai dessiné, d'un seul et premier jet, la voiture que nous avons appelé l'Aérosport. Sur un châssis de modèle 17 CV, je construisis ainsi le PREMIER DE TOUS LES PONTONS DU MONDE. Dans mon étude, j'alignais ma caisse à l'aplomb des roues, et les garde-boue disparaissaient. L'éclairage et le radiateur étaient intégrés à la carrosserie. L'Aérosport 17 CV, qui pourrait circuler dans le trafic actuel sans se faire beaucoup remarquer (N.D.R. ? !) roulait , avec 102 chevaux, à plus de 150 km/h ".


dessin Philippe Charbonneauxdessin Philippe CharbonneauxVoir l'image en grand0 vote


Ce dessin de Philippe Charbonneaux montre une carrosserie 4 portes "Weyman" en simili souple, traitée dans le style typique de Voisin


"André Lefèbvre fut le seul créateur de la Traction Avant Citroën"

- Il y eut, aussi, la traction avant, dont vous fûtes l'un des adeptes les plus convaincus, dès le début de l'aventure ?

"Pour nous, la traction avant avait deux très grands avantages. D'abord, cette disposition facilitait l'avancement du centre de gravité; ensuite, elle nous affranchissait de cette aberration incroyable: un moteur placé devant le conducteur, et des roues arrière motrices ! La traction libérait complètement le plancher de la caisse, permettait une sérieuse économie de poids, et diminuait le coût de revient. Beaucoup de gens ont voulu faire croire qu'ils étaient les créateurs de la traction avant Citroën, mais les faits sont faciles à vérifier, puis à contrôler ! André Lefèbvre, ingénieur de la Société Voisin pendant dix-sept ans, était spécialement attaché aux recherches. J'avais construit, puis essayé, une 8 cylindres à moteur Knight sans soupape, à TRACTION AVANT. Lefèbvre avait pris part aux études et aux essais de ce véhicule. Puis il quitta la Société Voisin et, sur ma recommandation, entra chez Citroën, où il fut l'auteur de la première "Traction" du Quai de Javel, qui fut exploitée pendant vingt quatre ans, avec un succès complet et sans modification notable. Il n'y eu aucune intervention étrangère dans la conception et la construction de cette magnifique voiture, et André Lefèbvre fut le seul créateur de ce modèle. Cela ne veut nullement dire que mon fils spirituel Lefèbvre est l'inventeur de ce mode de propulsion … Le "fardier" de Cugnot était, déjà, une traction avant ! ".



rbrbVoir l'image en grand0 vote



rbrbVoir l'image en grand0 vote


A l'époque comme de nos jours, l'impressionnante Voisin Aérosport fait sensation !


- Votre goût du paradoxe, toujours: vous qui êtes le père de quelques unes des plus belles automobiles de tous les temps, c'est du minimaliste (et peu décoratif !) "biscooter" dont vous êtes, dites-vous, le plus fier …


" J'avais 65 ans le jour ou je commençais de dessiner le "biscooter". Je n'avais plus, hélas, les grandes facilités que j'avais connues vers mes 30 ans, mais ce projet de "très petit transport" me plut à ce point que je pus retrouver un peu de l'inspiration que je croyais définitivement enfuie. Le prototype qu'il me fut possible de construire, dans mon atelier du boulevard Exelmans, fut à peine retouché. Le "biscooter" de 1945 était à deux places côte-à-côte, actionné par un moteur Gnome et Rhône 125 cm3. C'était, évidemment, une traction avant. Avec deux personnes à bord et 20 kilos de bagages, l'engin pesait, au plus, 300 kilos. Ce n'était ni un pot à moutarde sans vertu mécanique (N.D.R. Gabriel Voisin fait, ici, allusion à un engin concurrent, sans préciser lequel), ni une grande voiture en réduction, mais un concept neuf. Le "biscooter" faisait aisément du 65 km/h. Un excellent pare-brise et une capote efficace offraient un abri confortable. Quant à l'économie d'utilisation, aucun autre moyen de transport automobile ne pouvait lui être opposé ".

rbrbVoir l'image en grand0 vote


Gabriel Voisin (à gauche) sur les bords de la Saône, à la fin des années 50, retrouve l'un des "biscooter" de sa création

rbrbVoir l'image en grand0 vote

" Savez-vous quoi ? ! Ce projet fut refusé par le conseil d'administration de la société qui portait encore mon nom ! Plus tard, en 1950, l'Espagne me demanda la licence de fabrication du "biscooter", car j'avais avancé les frais de cette réalisation, et déposé les brevets à mon nom. En Espagne, ce véhicule connu un immense succès. Le modèle initial fut fabriqué, sans changement notable, à des dizaines de milliers d'exemplaires, jusqu'au milieu des années 60. Là-bas, ma "brouette" a triomphé, comme a triomphé la 2 CV Citroën, littéralement vomie, au jour de sa naissance, par une armée d'imbéciles ".


"L'automobile est le royaume du bricolage, le paradis de l'esbroufe"

- Alors, en dehors de la fabuleuse 12 cylindres surbaissée et de son parfait contraire, le "biscooter", avez-vous jamais construit la voiture dont vous rêviez ?


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Ce cabriolet surbaissé, aux lignes sobres et épurés, est l'un des rares modèles 12 cylindres construit en 1935


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Les modèles 12 cylindres avaient eux aussi droit à plusieurs types de carrosseries. Le modèle "Ailée" est proche de l'Aérosport, et la version "Croisière" se décline en mode "Aérodyne", en redessinant l'arrière !

" Nos mécaniques, la brutalité des moteurs à explosion, leur inaptitude à la souplesse m'indispose. J'ai toujours, de loin, préféré le moteur à vapeur, vous savez … L'embrayage m'apparaissait, m'apparaît encore, comme une sorte d'escroquerie mécanique. Je n'ai toujours pas digéré la boîte de vitesses, sa commande, ses fracas, son petit rendement et son inadaptation. Ne nous y trompons pas: l'automobile est l'empire de l'artisanat, le royaume du bricolage, le paradis de l'esbroufe ! ".


- Dans cet ordre d'idée, quelle voiture pour aujourd'hui, pour demain ? En outre, vous, forcément, vous savez !

" Pas nécessairement ! Il y a d'autres sujets d'intérêt, là-haut … Je vais vous dire ceci: il est de plus en plus difficile de prédire l'avenir du transport automobile. On peut croire au développement d'énergies différentes. Il ne sera alors plus question d'essence, de "stations service". Cette énergie sera, peut être, contenue dans le volume d'un morceau de sucre. La vapeur, qui ne sera pas forcément issue de l'eau, aura de grandes chances d'actionner des voitures. Le conducteur de l'An 2 300 sera certainement libéré de nos démarrages préalables, de nos embrayages et de nos boîtes de vitesses, comme du combustible incendiaire qu'il faut constamment approvisionner, et de tant d'autres corvées. Quant à la "ligne" des voitures, cette occasion de jeter de la poudre aux yeux, elle aura disparue depuis longtemps, définitivement balayée par cet irrésistible impératif: LA FONCTION ".


rbrbVoir l'image en grand0 vote

Autre carrosserie typique de Voisin, la berline Aérodyne munie d'un pavillon percé d'ouvertures rondes ....

- Vous est-il pénible d'évoquer la fin de vos activités? Je veux dire, la fin de la société portant votre nom ?




rb Dessin Serge BELLUrb Dessin Serge BELLUVoir l'image en grand0 vote


"A l'automne de sa vie", portrait signé Serge Bellu


" Bien sûr … Mais, avec le temps, je m'en souviens avec plus d'ironie que de colère ! Le 13 janvier 1958, on fêtait, à Issy les Moulineaux, un anniversaire glorieux. Celui du cinquantenaire de tous les vols d'un kilomètre d'un aéroplane en circuit fermé, officiellement contrôlé, exécuté par Henry Farman aux commandes d'un avion Voisin. Or, au moment où les soldats de la garnison de Paris nous rendaient les honneurs, la Maison Voisin fermait ses portes, du fait de la volonté de mes "amis" de la "SNECMA", qui rayaient mon patronyme du fronton de cette usine que j'avais fondé et construite, en partie, de mes mains. Et comme cette situation n'était pas assez comique, le gouvernement qui m'avait un temps, en 1945, inculpé d'atteinte à la sûreté de l'Etat, me nommait Grand Officier de la Légion d'Honneur. Voilà comment se déroula le jour qui vit le terme de mon activité ! ".

rbrbVoir l'image en grand1 vote




rbrbVoir l'image en grand1 vote

Voisin avait imaginé cet engin à roues en losange, très aérodynamique, doté de cinq places et d'un moteur central arrière, qui resta à l'état de projet !



- Vous alliez ajouter quelque chose, m'a-t-il semblé ?

" Oui … Une dernière chose, essentielle, parce que les minutes me sont comptées et qu'il faut repartir où l'on m'attend, puisque j'ai promis ! Si j'avais été privé des moyens ordinaires qui servent à mesurer le temps, ma vie n'aurait été qu'une multitude pressée de rêves éphémères. Or, cette vie fut pleine d'événements imprévisibles, couronnée de passion, remplie de deuils et d'espérances, embellie de cent mille châteaux en Espagne et d'échecs retentissants. J'ai eu l'immense chance, si peu partagée, d'avoir une vraie vie … ".

rbrbVoir l'image en grand0 vote
La dernière Voisin, dotée d'un moteur américain Graham-Paige et dont la calandre est loin d'évoquer le dynamisme des modèles réellement signés Voisin, fut un triste chant du cygne ....

Entretien imaginé par René B. (1)
Photos: collection Marcel DUTARTRE et collection de l'auteur




1) Imaginé, dans son principe, mais entièrement authentifié par les propos de Gabriel Voisin et les écrits qui l'ont inspiré, souvent reproduits "in extenso", notamment extraits de "Mes Mille et Un Cerfs-Volants" et "Mes Mille et Une Voitures", publiés aux éditions de La Table Ronde.


Gabriel Voisin, les grandes dates


- 5 février 1880, naissance à Belleville sur Saône.


- 1900-1901, réalisation, par les frères Voisin, d'une première automobile, mélange de pièces provenant notamment de chez le constructeur lyonnais Audibert et Lavirotte, et d'un moteur Aster.


- 1905, création de la Société Blériot-Voisin. Le partenariat, vite entaché d'antagonisme, tournera court.


- Juin 1905, un planeur Voisin, tiré par un canot de course, vole du pont de Billancourt au pont de Suresnes.


- 1906, création de la Société "Les Frères Voisin", sise à Issy les Moulineaux.


- 13 janvier 1908, Farman, sur un avion Voisin, réalise le premier vol aérien d'un kilomètre en circuit fermé. En août 1908, toujours avec Farman, premier vol de ville à ville, entre Mourmelon et Reims.


- 26 septembre 1912, Charles Voisin se tue en voiture près de Belleville sur Saône, où il est né en 1882.


- Octobre 1919, Gabriel Voisin, fidèle à son serment de ne plus jamais construire un avion, dès l'armistice signée, présente lors du Salon de Paris sa première automobile, la C1 18/23 CV.


- 1920, première Voisin 12 cylindres (en V), restée à l'état de prototype.


- 1921, les Voisin C3 limousines (en fait, coupé-chauffeur) équipent les parcs automobiles de l'Elysée et de la cour royale de Yougoslavie.


- 1922, victoire de Rougier à Strasbourg, sur une C4, dans le Grand Prix de l'A.C.F. "Tourisme", devant deux autres Voisin.


- 1925, une Voisin 8 cylindres bat, à la moyenne de 182,5 km/h, le record du monde de vitesse sur 24 heures.


- 1929, les C17 et C18 sont les premières voitures françaises possédant un moteur V 12. L'une d'elles parcourt 50 000 kilomètres, à plus de 119 km/h de moyenne.


- 1938, en butte à de (nouvelles !) difficultés de trésorerie, la Société Voisin est reprise par un groupe financier qui la cède à un certain Mr. Garabadian. La toute dernière voiture Voisin, dénommée C30, sera mue par un moteur américain Graham-Paige. Gabriel Voisin s'abstient de participer à la conception de cet hybride …


- 1950, le projet du "biscooter", refusé par sa propre firme en 1945, est concrètisé sous licence, en Espagne, par la Compagnie "Autonacional". Dans les années qui suivent, Voisin réalise notamment un tank à vapeur, et un petit 4X4 amphibie, destinés à l'Armée. Les deux projets demeureront à l'état de prototypes.


- Janvier1958, l'usine Voisin d'Issy les Moulineaux, sous le contrôle de la SNECMA depuis 1945, est définitivement fermée.


- 25 décembre 1973: Gabriel Voisin s'éteint au Moulin d'Ozenay, près de Tournus (Saône et Loire). Il est inhumé au cimetière de Tournus, où un Lycée Professionnel porte son nom ....




Les derniers commentaires
Farfadet 86
20 avril 2017 à 11h42
 
Encore un article très complet etr bien documenté sur un constructeur pour qui l'auto était source d'inspiration  pour en faire un objet à la fois esthétique et efficace  jusque dans la performance.
De la belle ouvrage  automobile !

Les ingénieurs d'aujourd'hui devraient s'inspirer de cet esprit créatif et clairvoyant... C'est brillant sans artifices ... de l'art automobile ...

Merci pour ce reportage édifiant...

J'aime particulièrement  l'intitulé  : "Gabriel Voisin, l'homme qui savait conduire un crayon …"
A propos
Nenelechampenois

Bienvenue sur le blog de

Nenelechampenois

Voir son profil

Mes coups de cœur, mes coups de sang ....

Catégories
Les commentaires récents

 
Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.