Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'abonner à ce blog

Il y a quelques temps, j'avais évoqué le point de départ de la Nationale 20, qui se concrétise porte d'Orléans à Paris. Sur les vues du début du XXe siècle, on voit le tramway partager la chaussée avec les autres véhicules sur l'avenue de la porte d'Orléans.
De Paris à Arpajon, la route voisinait avec une ligne de chemin de fer alors bien connue : celle de l'Arpajonnais.

La Nationale 20 est souvent suivie dans son tracé par une ligne de chemin de fer. C'est le cas pour la plupart des anciens grands axes. Le schéma directeur qui a présidé à la création des lignes de chemin de fer, établi sous le Second Empire, reprenait largement celui des routes impériales. Il faut se rappeler qu'avant l'apparition de l'automobile, c'est le train, au XIXe siècle, qui avait vocation à remplacer le transport terrestre. Au tournant du XXe siècle, les routes nationales ont d'ailleurs failli être déclassées après que le train a fait s'étioler le trafic des diligences.

Pour revenir à l'Arpajonnais, il a assuré la liaison depuis le sud de l'Ile-de-France vers Paris de 1893 à 1937. Ouvert aux voyageurs et aussi aux marchandises, ce train permettait l'acheminement des cultures, notamment maraîchères, jusqu'à Paris et aux Halles. D'ailleurs, de façon ingénieuse, l'infrastructure avait été conçue pour pouvoir emprunter les voies de tramway à l'intérieur de Paris jusqu'aux Halles. La voie était établie soit en site propre à proximité de la route, soit en empruntant carrément la chaussée de la RN20.

petit ballainvilliers circulationVoir l'image en grand0 vote
Nous voyons ici un convoi sur la ligne de l'Arpajonnais. Il s'agit du Petit-Ballainvilliers, à une vingtaine de kilomètres au sud de Paris. La ville de Ballainvilliers ne se trouve pas sur le tracé de la Nationale. Le chemin de fer qui longe la route ne passe pas non plus à proximité du centre. Au carrefour de la route qui conduit dans cette localité se trouve le Petit-Ballainvilliers, halte pour les chevaux et les voyageurs avec ses auberges. Quand le train est arrivé, une station a été édifiée au même endroit.
On ne peut que noter "l'intermodalité" sur cette image : cohabitent le chemin de fer, l'automobile et la voiture à cheval !

Au fond à droite, le bâtiment est celui d'une auberge alors connue et que l'on retrouve ici :
petit ballainvilliers maison ToutinVoir l'image en grand0 vote

Cet établissement se trouve à l'angle de la route d'Orléans et de la route menant à Ballainvilliers.

Aujourd'hui, le Petit-Ballainvilliers est toujours desservi par la Nationale 20. A cet endroit elle est à 2X2 voies. Une passerelle permet de la traverser et l'ancienne route qui rejoint Ballainvilliers est coupée. Les riverains ne se font plus photographier le long de la route. Mais si le Petit-Ballainvilliers est connu pour sa zone commerciale, on peut voir en y passant que les bâtiments des anciennes prise de vues sont toujours là, certes dans un état de délabrement avancé.
Quant au train, il a cessé de circuler en 1937. La circulation routière s'accommodait mal de ces convois qui se faufilaient parmi les automobiles.

L'histoire de la Nationale 20 dans la Haute-Vienne m'a amené à parler des rectifications de tracé au cours du temps. Ces aménagements ont été particulièrement nombreux à un autre endroit du parcours : lors de la traversée du département du Lot.
La route suit son chemin entre des plateaux accidentés et des vallées. Le Lot et la Dordogne sont franchis par la Nationale 20, à Cahors pour le premier et à Souillac pour le second. Dans les deux cas, l'approche est signalée par des séries de virages en descente.

A environ 50 kilomètres au nord de Cahors, avant l'approche de la descente vers Souillac, se trouve le petit village de Loupiac. Typique du Lot, ce hameau se trouve à l'écart du tracé de l'actuelle D820, aménagée en 2X2 voies à ce niveau, et épargné de pratiquement toute circulation.

Sur cette vue Google, orientée vers l'est, le village se trouve au croisement des deux petites routes qui rejoignent l'actuelle D820, pointillée en jaune :

loupiac googleVoir l'image en grand0 vote
Si on regarde de plus près la D147bis qui traverse Loupiac du nord au sud, on se rend compte qu'elle est raccordée à la Nationale 20 aux deux extrémités.
Lorsque l'on traverse le village, voici ce que l'on découvre :

loupiac pubVoir l'image en grand0 vote


loupiac croixVoir l'image en grand0 vote
Et juste en face :

loupiac plaqueVoir l'image en grand0 vote
Au même endroit, une croix (de carrefour ?), une publicité murale, et une plaque de cocher qui ne laissent plus de doute sur le fait que la Nationale 20 empruntait ce chemin.

La route qui traverse Loupiac, très étroite entre les maisons et très sinueuse, comme on voit sur la vue aérienne (pointillée en vert) a été déviée à cause de ces caractéristiques dans le courant des années 70.

Aujourd'hui, ce délaissé vit à l'écart de la circulation. Quand il se sépare de l'actuelle route alors que l'on remonte vers le nord, on peut être attiré par la rangée d'arbres que ce bout de tracé a conservé. Et le parcours de l'ancienne Nationale 20 reste sinueux dans ce département, même après les aménagements et le nombre de virages rectifiés, dont on peut retrouver la trace en flânant et en regardant les bas-côtés.

DSC_0818Voir l'image en grand0 vote

Affluence dimanche dernier sur la RN20.
Comme j'en avais parlé, les équipages ont répondu présents pour se joindre à la journée du 28 juin, organisée par différents clubs(1), afin de recréer une Nationale 20 historique. Le parcours a permis de circuler et de visiter les points d'étape de la route entre Limoges et Brive.
C'est ainsi que cette route, bien préservée en beaucoup d'endroits, a vu à nouveau une circulation d'époque l'emprunter.
Voilà une initiative pour redonner une animation à cet itinéraire, et contribuer à en faire découvrir les atouts. Tout en attirant la sympathie des spectateurs, et en provoquant la bonne humeur des conducteurs et de leurs passagers. Bref, une autre façon de vivre la route que celle à laquelle nous sommes habitués au quotidien (faisons passer le message,...)

(1) A savoir le VABC de Brive, Uzerche Auto-Rétro ainsi que les Rétromobiles Limousines, de Limoges.

Une autre vue, au niveau de l'ancien hôtel de la Station, aux Quatre routes de Saint Pardoux :

quatre routesVoir l'image en grand0 vote

afficheVoir l'image en grand0 vote

Mon but ici est de redécouvrir la Nationale 20, et de la faire connaître, mais aussi de lui redonner une vie. Voilà pourquoi la période estivale sera le moment, cette année, pour recréer une circulation, comme pendant les vacances de la grande époque sur cet axe.

Je propose pour l'occasion que tous les véhicules, plus ou moins anciens, les voitures, les utilitaires, les camions, les motos, et leurs équipages, prennent le départ de Toulouse le 27 juin prochain. Et que nous rallions ensemble Limoges, étape importante, vers le milieu du trajet de la Nationale, en retrouvant l'itinéraire de cette ancienne route.

Pourquoi cette destination ? Parce que le 28 juin a lieu le "rallye RN20 historique", organisé par des clubs de véhicules anciens de Limoges, Uzerche et Brive, afin d'animer un tronçon de la route Paris-Toulouse-Pyrénées :

http://uzercheautoretro.fr/ind​ex.php/rallye

C'est avec un immense plaisir que je verrai un convoi d'époque apporter sa contribution à cet évènement depuis Toulouse.
Avec la volonté de faire (re)découvrir à chacun des points de passage marquants le long de cet ancien tracé, et de s'attarder sur les régions traversées. Car les Nationales permettaient de connaître les endroits par lesquels elles passaient !

Je souhaite que ce moment soit aussi celui où chacun puisse participer à sa manière, de façon conviviale. Il est possible de ne suivre qu'une partie du programme, de faire une partie de l'itinéraire, d'apporter ses idées... Bref, ne pas oublier que nous évoquons une époque qui prenait les choses bien souvent plus simplement qu'aujourd'hui.

Des hébergements seront possibles sur place, le programme lui-même sera détaillé prochainement. Je ferai suivre dans d'autres articles les actualités sur ces journées "historiques", à programmer dès maintenant !

J'avais abordé il y a quelque temps les difficultés de circulation à Pierre-Buffière, liées au tracé originel de la route.
Une fois sorti du village, pour remonter en direction de Limoges, la partie n'était pas encore gagnée. Le tronçon est accidenté, avec d'abord une descente, puis une longue côte avant de rejoindre la ligne droite de Boisseuil. A cet endroit, la Nationale 20 était à l'origine particulièrement tortueuse.

Evoquer cet endroit permet aussi d'aborder les aménagements que cette route a connus. A cause de sa configuration, le tracé a été repris dès 1974. La succession de virages a laissé place à une ligne droite qui aborde frontalement la pente. L'automobiliste a découvert alors une nouvelle chaussée à 2x2 voies à la place même de l'ancienne, avec désormais la possibilité de doubler les camions en train de s’époumoner dans la montée.

Cette vue actuelle montre le secteur au sud de Boisseuil (à gauche sur la photo) et la descente au niveau de la commune de Saint Hilaire Bonneval. L'autoroute A20 a repris les aménagements de 1974. En pointillés, le tracé de l'ancienne nationale.
On se rend compte des difficultés de circulation que certains secteurs de la route pouvaient générer.

vue aerienne Saint Hilaire BonnevalVoir l'image en grand0 voteLes pointillés orange correspondent à une ancienne courbe qui constitue aujourd'hui une aire sur l'autoroute interdite d'accès. Elle sert à la gendarmerie pour le contrôle de poids lourds qui arrivent du sud. Redoutée des chauffeurs, qui peuvent ici prendre du retard, ce tronçon est maintenant un des plus secrets de l'ancienne route.

Ici, une vue aérienne au moment de la réalisation des travaux sur cette partie :


st hilaire bonneval 1974 zoomVoir l'image en grand0 vote

Cette fois, le nord, avec le plateau de Boisseuil, se situe à droite. On voit comment la ligne droite a été tirée entre les courbes.

Ces travaux ont ensuite trouvé une continuité : vers le sud la déviation de Pierre-Buffière a été raccordée dessus quelques années plus tard. Et vers le nord, cet aménagement s'inscrit dans les travaux de déviation de la commune de Boisseuil, puis du contournement de Limoges. Avant la création de l'autoroute, qui a repris ces aménagements. Il reste la côte, mais plus les virages.
A propos
spit1500

Bienvenue sur le blog de

spit1500

Voir son profil

Recueil des souvenirs et des survivances laissés par l'axe Paris - Toulouse - Pyrénées. Ou comment son itinéraire a structuré le pays, modelé son tracé, répercuté les tendances ou les modes. Vos témoignages m'intéressent : lanationale20@gmail.com

Archives
Catégories
  • Aucune catégorie trouvée
Les commentaires récents
  • leroyalaza
    Cet article m'interpelle et le lien RN20/Chemin de fer plus particulièrement. Dans son entrée sur les premiers contreforts des Pyrénées, jusqu'à son point final à bourg Madame et aux portes de l'Andorre, la voie...

    Le 13 février 2016
  • Gonocoque
    Merci pour ce blog ! Habitant l'Etampois, empruntant la N20 (qui d'ailleurs porte aujourd'hui un nom plus précis genre N20xx depuis le transfert des portions aux départements) et passionné des évolutions au cours de...

    Le 28 août 2015
  • Mandrak81
    Très bonne idée que ce blog :) :)

    Le 29 juillet 2015
  • spit1500
    Je pensais laisser des devinettes, mais bon. Sur le post du 9 juillet, la carte ancienne montre la route Paris-Limoges àBessines sur Gartempe, dans la Haute-Vienne. L'indice était la pub peinte pour de la porcelaine : on...

    Le 13 juillet 2014
  • Cartels
    Bravo de commencer ce travail de patrimoine.
    Peut tu mettre une légende aux photos de lieux comme pour la ville que l'on vois sur la carte postale.
    Merci

    Le 13 juillet 2014
  • Cartels
    Bravo de commencer ce travail de patrimoine.
    Peut tu mettre une légende aux photos de lieux comme pour la ville que l'on vois sur la carte postale.
    Merci

    Le 9 juillet 2014

 
Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.