Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 
S'abonner à ce blog

ob_fe6c53_17499132-1099947960110897-734099271104Les années passent et nous avec, les événements se succèdent, voire se répètent et l'on s'habitue à leur rythme... moi, cela faisait un sacré bout de temps - 10 ans - que j'étais allé voir les vieilles autos de cette concentration et ce dimanche 11 juin 2017, le devoir électoral accompli, vers 9H45, je décide d'aller faire un tour à cette manifestation annuelle qui rassemble nombre d'amateurs possesseurs d'autos anciennes ainsi qu'une foule de visiteurs admirateurs... Bah oui, ceux qui passent régulièrement sur ces pages savent combien le farfadet est un amoureux des autos... ce n'est pas nouveau ça tout de même !...
Donc, depuis le bureau de vote, rue Maurice Aguillon, je remonte la rue nationale jusqu'à la place du Mail où doit se tenir ce rassemblement... et là stupéfaction : rien pas un chat c'est silencieux... ah tiens ! Me dis-je, ce serait donc annulé et bien ça alors, au dernier moment, c'est pas ordinaire… car la date avait été fixée depuis longtemps, l'événement était bien programmé, paru dans des bulletins spécialisés, dans les pages des journaux et sur affiche... et des affiches il y en a bien là sur la place du Mail... j'avance jusqu'au rond point et, sur un panneau je lis que les tacots mirebalais se trouvent à 100 mètres de là, route de Poitiers... Bon ! Allons voir...


ob_6843c7_tacots-mirebeau-bd-foulqueEn effet, au 40 boulevard Foulque Nerra, face aux remparts, se tient l'entrée de la Fête aux vieilles mécaniques et derrière le Leader-Price, sur une grande esplanade, sont rangés par catégories les véhicules anciens. Je ne connaissais pas cet endroit. En fait, c'est bien plus vaste que la place du Mail et donc bien mieux adapté pour y présenter un maximum d'engins motorisés et roulants de tous âges. Il y a aussi beaucoup plus de stands et de points buvettes et restaurations. Super !
Il semble que c'est la première année que cette concentration de tacots se tient sur cette esplanade. Il y a déjà pas mal de monde et je commence ma promenade entre les rangées d'autos prenant aussi quelques photos des modèles que j'affectionne. Une belle façon de réviser ses classiques...

ob_3e5b0b_img-20170611-095555-burst001-cover
ob_b74ad0_img-20170611-100844
ob_965e4e_img-20170611-095925
Cette magnifique Vivaquatre Renault KZ 13 de 1933. (carrosserie 6 glaces) est reconnaissable à sa calandre inclinée. Cette livrée verte deux tons lui sied parfaitement. 11CV - 1250 Kg -110 km/hUne belle restauration !...

ob_a2c8cd_img-20170611-095946-burst001-cover
ob_36f87d_img-20170611-095932-burst001-cover
Une sympathique Primaquatre Type KZ 24 de 1935 à la carrosserie aérodynamique dite "Queue de Pie" - Moteur de 2120 cm3 11CV fiscaux - Poids 1500kg - Vitesse 115 km/h...

ob_2ebbf3_img-20170612-183154-burst00
ob_31c8e5_img-20170612-183407-burst00
ob_d99e91_img-20170612-183346
ob_39f26b_mona4
ob_7e8286_img-20170612-183307-burst00
ob_b2b8f2_img-20170612-183241
Fac-similé des plaquettes publicitaires des « Vivaquatre » et « Monaquatre » Renault modèles 33/34. Cliquer sur la première vue pour les faire défiler en format intégral.

ob_bf2aae_photo-0004
Le taxi G7 - Renault type KZ11 de 1933... - Le Mirebalais Indépendant
Illustre, dans sa livrée rouge et noir, il a sillonné les rues de Paris pendant 27 ans ... certainement un des meilleurs taxi parmi toutes les générations de véhicules de transport urbain pour...
http://www.mirebalais.net/2015​/08/le-taxi-g7-renault-type-kz​11-de-1933.html

ob_2877da_img-20170611-095743
ob_680375_img-20170611-095753-burst001-cover
On remonte dans le temps... voici un lot de "Juvaquatre" des années 50 qui deviendra "Dauphinoise" à partir de 1958

ob_ea6086_img330
Juvaquatre - Simca huit - 202 - Concurrentes en leur temps... - Le Mirebalais Indépendant
CLIQUER sur chaque illustration pour la voir en entier. Ces trois voitures d'entrée de gamme, respectivement, des marques : Renault, Simca et Peugeot, ont pas mal de points communs : - Leur date ...
http://www.mirebalais.net/2015​/03/juvaquatre-simca-huit-202-​concurrentes-en-leur-temps.htm​l

ob_2a5d96_img-20170611-095645
ob_d2a613_img-20170611-095627-burst001-cover
ob_b95ed0_img-20170611-100001-burst001-cover
Les adorables et pétulantes 4CV et Dauphine des années 50/60 ... Notre jeunesse !...

ob_ea38af_photo-0016
La 4CV RENAULT... - Le Mirebalais Indépendant
D'une décennie à l'autre le constructeur au losange est passé de la voiture pour élite richissime à la petite auto populaire... passant du véhicule à la taille monstrueuse (Reinastella et ...
http://www.mirebalais.net/2015​/09/la-4cv-renault.html

file0151
Ma 3ième voiture : une "Dauphine" ! - Le Mirebalais Indépendant
652 GA 27 Vous connaissez certainement cet adage : " Ne jamais dire : fontaine, je ne boirai pas de ton eau !... " Et bien cela, je puis me l'adresser, à propos de ce qui va suivre... Il est des ...
http://www.mirebalais.net/arti​cle-3527563.html

file0156
Quatre jeunes hommes en "Dauphine" - Le Mirebalais Indépendant
Août 1966 mes premiers congés payés ... et des vacances avec les copains... Cela faisait à peu près 3 mois que j'avais la Dauphine* (1) et je lui avais déjà fait parcourir plusieurs centaine...
http://www.mirebalais.net/arti​cle-3829005.html

ob_078a26_img-20170611-100751-burst001-cover
ob_78f91b_img-20170611-100800
Et tout à fait dans le vent d'hier à aujourd'hui cette blanche "Caravelle" suivie de son ainée la "Floride", des années 50/60...

ob_11ca77_img-20170611-100041-burst001-cover
ob_678060_img-20170611-100456-burst001-cover
Pour clore la Saga Renault Cette magnifique Frégate de 1956 dont on peut admirer les entrailles mécaniques bien propres sous le capot. Sympathiques échanges avec son prpriétaire...

ob_11c972_img312
La "Frégate" de Renault ... - Le Mirebalais Indépendant
Belle mais " transparente ", elle est devenue " Transfluide " Nous sommes dans les années, juste après guerre. Relancer l'appareil industriel, pour de nombreux constructeurs d'automobiles, tient du
http://www.mirebalais.net/2015​/03/la-fregate-de-renault.html​

ob_fbaf7c_img-20170611-101052-burst001-cover
ob_96aa19_img-20170611-095805-6
ob_8265e1_img-20170611-095953-burst001-cover
Chez Peugeot : l'utilitaire D3A des années 50 - Une 201 1935 - Tiens le coupé 504 du Capitaine Chérif !... Ah dommage !... Je n'ai pas vu la 403 cabriolet du Lieutenant Colombo...

File1366a
2010 ... la 201 fête ses 80 ans !... - Le Mirebalais Indépendant
C'est en 1930 que sont commercialisées les premières " 201 " produites par la firme Peugeot qui, actu ellement, demeure la plus ancienne entreprise de construction automobiles de France. Présent...
http://www.mirebalais.net/arti​cle-2010-la-201-fete-ses-80-an​s-55818906.html

ob_70fc86_kader-cherif
La 504 Coupé de Chérif... - Le Mirebalais Indépendant
L'acteur Abdelhafid Metalsi : le Capitaine Kader Chérif au volant de sa 504 V6 Coupé. L'histoire de l'automobile c'est 130 ans d'aventures industrielles, sociales et sportives. En un peu plus d'u...
http://www.mirebalais.net/2017​/01/la-504-coupe-de-cherif.htm​l

ob_45dd25_img-20170611-095719-burst001-cover
ob_065991_img-20170611-095728-burst001-cover
ob_e978e1_img-20170611-095837-burst001-cover
ob_baec25_img-20170611-095536-burst001-cover
Chez Citroën, l'incoutournable Traction figure toujours avec l'élégance que l'étonnante et innovante DS ne ternira jamais malgré son panache technique et sa ligne encore futuriste ...

ob_37fde9_file0378
La Traction Avant de Citroën - Le Mirebalais Indépendant
ou : l'attraction avant et après ... Dans l'histoire de l'automobile elle tient vraiment une place centrale tant au niveau national qu'au niveau mondial... Il y avait : avant la Traction et il y a :
http://www.mirebalais.net/arti​cle-5485690.html

ob_7e3c93_photo-0001
La DS une star automobile de 60 ans !... - Le Mirebalais Indépendant
Pour son lancement tout est mis en oeuvre pour que la DS prenne le pas sur sa concurrence, comme ici cette magnifique entrée dans la danse... Quand elle fut présentée pour la première fois au p...
http://www.mirebalais.net/2015​/05/la-ds-une-star-automobile-​de-60-ans.html

ob_7d437b_img-20170611-101026
ob_e1d092_img-20170611-100742
Cycle-cars et Jeep ... rouler à 3 ou 4 roues sur l'asphalte ou en tout-terrain ... des sensations qu'on apprécie forcément sous ce ciel d'azur...

Il est déjà 10H45... bon, je dois rentrer à la maison où Annie m'attend… il y aurait bien d'autres merveilleuses anciennes autos à découvrir mais il faut être raisonnable et j'ai déjà fait mon plein d'images pour cet article car j'apprécie toujours qu'une auto me raconte son histoire ...
Bravo et merci au "Club des Tacots Mirebalais" et à ses organisateurs, la fête est réussie avec, en sus, une journée très estivale !...

Bouchons...Bouchons...Voir l'image en grand0 vote

Et vas-y : roule, roule, roule !

Avec ton p’tit diesel ;
Le pétrole coule, coule, coule,
Qui lui donne des ailes …

Et pendant ce temps là,
Ceux qui ont la combine,
Gagne à la tombola,
Du prix des gazolines …

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ta belle bagnole ;
La vitesse te saoule,
Autant qu’un verre de gnôle …

Et pendant ce temps là,
Fument toutes les usines,
Qui nous sonnent le glas
Sur les murs de glycines …

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ton vieux tacot,
De Paris à Kaboul,
Fais lui bien chauffer l’pot !

Et pendant ce temps là,
Grésille dans nos cuisines
L’huile des chipolatas
A r’mettre dans ta bousine …

Et vas-y : roule roule roule !
Avec ta pétrolette
Pendant qu’le monde s’écroule
Vas donc faire la fête !...

Et pendant ce temps là,
Retombent en pluie fine,
Des bris de cancrelats,
Qui polluent nos bassines…

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ta grosse berline,
Va épater les foules,
Et promener ta voisine …

Et pendant ce temps là,
Victimes de la famine,
Ceux qui n'ont rien dans l’plat,
Ne bouffent que des racines …

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ton monospace,
Faire bien tirer la goule,
A ton voisin d’en face …

Et pendant ce temps là,
Il en est qui s’échinent,
Tremblant sur les gravas,
Qui font pleurer la Chine …

Et vas-y : roule, roule, roule !
Dans ton cabriolet,
Pour sortir les p’tites poules,
Rejoindre les gros minets…

Et pendant ce temps là,
Il y a ceux qui piétinent,
L’infâme conglomérat,
De leur pays en ruine…

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ton bon vieux van ;
Pas besoin de cagoule,
Pour profiter du vent …

Et pendant ce temps là,
Les « gros » emmagasinent,
Riz, blé et chocolat,
Pour s’payer leur piscine…

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ta super car ;
Les autres qui ont les boules,
Ce ne sont pas des stars …

Et pendant ce temps là,
Étalent en vitrines,
Robes, bijoux et falbalas,
Les férus de doctrines …

Et vas-y : roule, roule, roule !
Avec ta p’tite auto,
T’es bien glissé dans le moule,
L’essence est au prix haut !...

Et pendant ce temps là,
La Nature féline,
Nous prépare, un trépas
Au gré d’humeurs marines …

Farfadet

Bucolique Rosalie !Bucolique Rosalie !Voir l'image en grand0 voteUne splendide gouache pour magnifier la nouvelle Citroën "Rosalie"


Des trois marques de constructeurs généralistes qui nous restent actuellement en France, Citroën est la plus jeune. La fabrication d'automobiles de cette marque remontant à l'année 1919, ça va bientôt faire 100 ans.
Après Peugeot, le plus ancien puis Renault déjà réputé depuis le début du XXe siècle pour ses nombreux types de véhicules s'étant illustré lors des grandes compétitions sur route ou bien au cours de la grand guerre avec ses fameux taxis de la Marne, le nouveau venu va très vite s'insérer dans la junte des constructeurs et se hisser parmi les grands.
En une quinzaine d'année la réputation des autos de la marque au double chevron est telle qu'elle emporte de bonne part de marché sur notre territoire et même à l'étranger...
Il faut dire que l'entreprenant et jovial André Citroën père de cette nouvelle entreprise ne manque pas d'imagination tant au niveau de production de ses ateliers et usine qu'à celui de la commercialisation. Futé et perspicace, cet homme bouillonnant et ingénieux sait s'inspirer des idées de la concurrence et en améliorer les performances. Citroën fait de l’innovation permanente la spécificité de ses autos et le label de la marque.

Une Berline séduisanteUne Berline séduisanteVoir l'image en grand0 vote

En 1933 au moment de la présentation de la Rosalie, Citroën, en à peine 15 années de fabrication, en est déjà à une troisième génération de véhicules allant des célèbres et robustes 10HP et 5HP, aux endurantes 8 - 10 - 15 CV sorties cette année là, passant par les increvables et aventureuses C4 et C6 des croisières noire et jaune...

Une auto populaire et bourgeoise...Une auto populaire et bourgeoise...Voir l'image en grand0 vote
Un encart publicitaire vantant les qualités d'agrément de conduite et de confort résultant de l'adoption du moteur flottant ( Brevet Chrysler)...


Les solutions techniques adoptées en grande série sont avant-gardistes, introduisant, sur chaque modèle, au gré des avancées : le châssis aux longerons et traverses à sections fermées en D, emboutis à la fois rigidifié et déformable grâce à l'adjonction d'une semelle plate, la carrosserie tout acier, le moteur flottant, les vitesses synchronisées et la roue libre. Une Citroën se doit d'être une voiture moderne, toujours tournée vers le futur... Cette empreinte établit de façon durable le sceau de la marque et la pérennise.


Du standing !...Du standing !...Voir l'image en grand0 vote

Bienvenue à bord !...Bienvenue à bord !...Voir l'image en grand0 voteRouler en Citroën pour le conducteur et ses passagers doit être une expérience exaltante !

Salon 1932 : première présentation - un public curieux et enthousiaste...Salon 1932 : première présentation - un public curieux et enthousiaste...Voir l'image en grand0 vote

C'est au Salon de Paris en 1932 que sont présentés les nouveaux modèles 8CV et 15CV. L'innovation par rapport aux C4 tient à sa carrosserie dite « mono-pièce », à sa boîte à deux vitesses synchronisés et à sa « roue libre » qui lui permet de se libérer de la motricité dans les descentes. (Attention plus de frein moteur !...)

Vitesse et endurance !...Vitesse et endurance !...Voir l'image en grand0 vote


Une réputation de fiabilité et de performances bien établie!...Une réputation de fiabilité et de performances bien établie!...Voir l'image en grand0 vote


Techniciens et pilotes ... elle ira loin, vite et bien !...Techniciens et pilotes ... elle ira loin, vite et bien !...Voir l'image en grand0 vote

Le nom de Rosalie a été adopté dès 1931 pour les modèles de compétitions établissant des records sur piste organisés et parrainés par la marque d'huile moteur Yacco. En effet ces modèles aux carrosseries spéciales plus légères et plus aérodynamiques sont désignées comme Petite Rosalie s'inspirant de la chanson à la mode ainsi titrée à cette même époque. D'abord utilisée dans ce contexte des voitures de records l’appellation va s'étendre à toute la gamme des nouvelles Citroën en 1933 et 34, la nouvelle petite 8CV battant de nouveaux records.


L'expérience, ici, bien chevronnée ...L'expérience, ici, bien chevronnée ...Voir l'image en grand0 vote
Peu de temps après leur sortie, au cours de l'année 1933, les calandres des Citroën Rosalie s'ornent du double chevron, innovant cette disposition qui demeurera longtemps tout à fait identitaire de la marque. Un emblème fort que toute la génération des Traction qui succédera à la Rosalie, arborera avec panache.



Avenante et Bellissime...Avenante et Bellissime...Voir l'image en grand0 vote
Une proue imposante au dessin sobre et chic, immédiatement identifiable



Caractéristiques techniques des Rosalies 8 CV 10 CV 15 CV



Conventionnel et éprouvé ...Conventionnel et éprouvé ...Voir l'image en grand0 voteDe la mesure et du poids en harmonie ...De la mesure et du poids en harmonie ...Voir l'image en grand0 vote




Intérieur bien accueillant pour faire bonne route ...Intérieur bien accueillant pour faire bonne route ...Voir l'image en grand0 vote
L'intérieur luxueux de la 15CV

Remarquez que l'ouverture des portières se fait à battants opposés...

à cette époque, gravissant le marche-pied, "on montait en voiture" et, inversement , "on en descendait"...


Des airs de Traction ...Des airs de Traction ...Voir l'image en grand0 vote

Un cabriolet très Classe !...


De quoi personnaliser ses goûts...De quoi personnaliser ses goûts...Voir l'image en grand0 vote
Un riche panel de Carrosseries...


Il y a de la place !...Il y a de la place !...Voir l'image en grand0 vote
... auxquelles il faut ajouter cette limousine...


Elégance et harmonie ...Elégance et harmonie ...Voir l'image en grand0 vote

Chic et Charme à la Française !...


Une renommée internationale !...Une renommée internationale !...Voir l'image en grand0 vote

Rosalie à la courte carrière (1933 - 1938 / 38840 exemplaires commercialisés) mais tellement appréciée !... Surtout aux Pays-Bas !...

Vedette LavioletteVedette LavioletteVoir l'image en grand0 vote


Années 50… la terrible guerre est finie depuis 5 ans... en demeurent de nombreuses cicatrice et des ruines sinistres meurtrissant les paysages urbains...
Pourtant la vie a repris le dessus, on pense plus à demain qu'à hier... avoir une voiture pour se faciliter les voyages, gagner du temps dans ses déplacements, on y aspire fortement dans les chaumières !... Mais ça reste encore un rêve… Certains plus aisés, trouvent bien quelques guimbardes d'avant-guerre qu'ils achètent d'occasion parfois à coûts élevés...
Alors quand sortent des chaînes de Poissy les premières Vedette de Ford SAF, présentées en Octobre 1948 au Salon de Paris, devant prendre le relais de la Ford V8 - 472, c'est béa d'admiration que le grand public découvre cette belle voiture très inspirée par le style américain d'autant que ce modèle dérivé de la Mercury a été mis en étude dès 1941.
Il faut le dire, à cette époque après tant de privations et consécutivement à la venue des américains libérateurs et à leur installation dans des camps parcimonieux sur notre territoire, ils font référence en matière de joie de vivre, de confort et de décontraction. Alors, avec leurs voitures rutilantes de chromes, si imposantes par la taille, par leurs lignes élancées, par leurs courbes gracieuses et résolument modernes, face à nos berlines des années 30/40, encore très répandues sur nos routes, c'est le rêve américain qui prend toute sa place dans la société, elle aussi, en reconstruction.

Une ligne à l'américaine des années 40/50 type "fast-back"Une ligne à l'américaine des années 40/50 type "fast-back"Voir l'image en grand0 vote


C'est dans ce contexte que la Ford Vedette - une appellation flamboyante pour cette seule voiture à moteur V8 commercialisée à ce début des années 50 - prend sa place dans le paysage automobile français de cette époque . Heureux et rares sont les acquéreurs car elle coûte plutôt chère, surtout à ce moment où l'inflation se fait plutôt galopante.
Les premiers modèles sont affichés à 620 000 F en 1949 puis atteignent la somme conséquente de 845 000 F deux ans plus tard...
Il faut être riche, bourgeois ou haut fonctionnaire pour rouler en Vedette à cette époque là !

Contraste entre galbes métalliques et rusticité murale ...Contraste entre galbes métalliques et rusticité murale ...Voir l'image en grand0 vote


Mais la comparaison avec ses homologues américaines s'arrêtent là car la Ford Française de la firme SAF dont les usines sises à Poissy sont dirigées par Maurice Dollfus, elle, toute « Vedette » qu'elle soit, à l'inverse, ne fait pas rêver les Américains... la cause : son petit moteur V8 de 2.2 L 13 CV fiscaux développant seulement 66 CV dérivé des Matford d'avant guerre (Voir article la Matford de mon père)
En fait, l'habit jeune et moderne cache une mécanique certes fiable mais obsolète par rapport à ce que les « ricaines » d'Outre-Atlantique propose en matière de puissance et de performances .

Un petit V8 à la française sur un châssis croisillonnéUn petit V8 à la française sur un châssis croisillonnéVoir l'image en grand0 vote


La mécanique de notre Vedette la place en comparaison parmi le lot des Tractions SIX, la 15CV, Salmsom S 4- E, l'Hotchkiss 13 CV, et en matière de performances, si les vitesses maximums sont à peu près identiques, les accélérations créent nettement la différence.
Le vedette accélère énergiquement jusqu'à 80/90 km/h mais au-delà, la courbe s'infléchit et la voiture manifeste une certaine mollesse ; elle atteint les 100 km/h en 28 secondes ce qui la déclasse en comparaison de ses concurrentes plus véloces .
La consommation, selon le mode de conduite et le profil routier emprunté, varie entre 12,5 l et 15 l au 100 km... Ce n'est pas non plus un modèle d'économie en matière de carburant.
Un tableau de Bord classique qui comportera de plus en plus de boutons et tirettes de commandesUn tableau de Bord classique qui comportera de plus en plus de boutons et tirettes de commandesVoir l'image en grand0 vote


A son actif, il faut reconnaître, qu'en son temps, face aux modèles de série les plus courants, la Vedette était une référence en matière de confort de roulement grâce à la douceur des suspensions, un silence de fonctionnement exemplaire, des détails d'équipements plus recherchés, pour résumer, une onctuosité, une efficacité, une fiabilité que, pour prendre la route, notre brave et perspicace commissaire Laviolette aussi épicurien que méthodique, savait lui aussi, en son temps, apprécier...

Caractéristiques techniques.Caractéristiques techniques.Voir l'image en grand0 vote


Et ce grondement sourd au démarrage ou en reprise du moteur V8 est un bruit qu'on ne peut oublier !...

La Ford commeciale "Abeille"...La Ford commeciale "Abeille"...Voir l'image en grand0 vote

Ford "Abeille" une limousine utilitaire...Ford "Abeille" une limousine utilitaire...Voir l'image en grand0 vote


A propos de cette auto, j'ai toujours en mémoire cette anecdote remontant à mon enfance du temps où nous demeurions à Lesparre (Gironde) où mon père tenait un garage de réparation automobile. Ce devait être au cours de l’Été 1952... Voilà qu'en fouillant dans les caisses d'accessoires j'avais trouvé un compteur vitesse pour vélo. Avec la complicité de Michel C*. jeune apprenti de 15 ans que mon père avait pris sous sa coupe nous en avons équipé mon petit vélo d'alors... Allant aussitôt faire l'essai je sors du garage en trombe et fonce sur le Cours Général De Gaulle, tête baissée, les yeux rivés sur le compteur fixé à la fourche de ma bicyclette et entraîné par un élastique courroie depuis le moyeu de la roue avant... J'ai dû à peine faire cinquante mètres car d'un seul coup je fus stoppé par la Ford « Abeille » du quincaillier-armurier en stationnement au bord du trottoir. Tu parles d'une piqûre ! Quel choc !... J'ai fait un demi soleil par dessus le guidon pour embrasser violemment le haillon de la voiture. . J'en héritais une jolie bosse au front et des égratignures aux coudes et aux genoux. La roue avant de mon vélo fut bien sûr bien pliée à presque former un « 8 ». J'eus droit aux réprimandes des parents et le vélo fut mis un temps au clou... Conclusion la Ford c'est fort et résistant, car l'arrière de l'auto ne comportait pratiquement aucune marque suite à ce choc...


NB : * Quelques années plus tard, nous apprenions la mort de ce jeune homme alors soldat en Algérie, capturé par le FLN, torturé puis exécuté. Nous fumes très affectés par cette horrible nouvelle...


Première image publicitaire du catalogue - Modernité et Dynamisme.Première image publicitaire du catalogue - Modernité et Dynamisme.Voir l'image en grand0 vote

La 207 SW VTI 120 CV - Premium - du FarfadetLa 207 SW VTI 120 CV - Premium - du FarfadetVoir l'image en grand0 vote

C'était en Avril 20
10...

Et bien voilà, ça fait un peu plus d’un mois que nous avons acquis une nouvelle voiture et, à ce jour, nous avons parcouru un peu plus de 1300 km à son bord…
C’était au mois de janvier dernier, à l’occasion de l’une de nos sorties, en prenant le fauteuil roulant d’Annie, voilà que le tube en acier du montant vertical droit de l’assise lequel, par sa poignée supérieure, sert également à guider le fauteuil, a cassé net, nous obligeant de changer ledit fauteuil roulant… Le remplaçant, plus encombrant, prend presque toute la place à l’arrière de la 206. Il faut maintenant préciser que cet appareil de déambulation n’entrait pas dans le coffre de notre auto à moins de démonter les roues à chaque fois, créant un surplus de manipulations puisque déjà il fallait nécessairement, en retirer les repose-pieds. Ceci entrainant cela, notre 206 ayant 10 ans d’âge, cette situation du fauteuil « encombrant » a constitué l’excellent prétexte pour changer de véhicule…

La
La 206, au moment de sa reprise, affichait seulement 108000 km au compteur ...

C’est alors que nous avons alerté le concessionnaire Peugeot du coin afin d’effectuer des essais de véhicules…
Je lorgnais sur le « Partner Tepee »… Un représentant de la concession de Poitiers est venu jusqu’à chez nous pour nous le faire essayer. Pas mal, pas mal !... Seulement, il y a un hic : ce véhicule étant assez haut, Annie a bien des difficultés pour attraper la poignée du pavillon lorsqu’étant assise dans son fauteuil placée à côté, elle veut s’en extraire, pour ensuite, avec mon aide monter en voiture… En outre ce véhicule certes, très logeable du fait de sa taille imposante est plutôt encombrant et s’avère bien trop grand pour nous.
C’est ainsi que nous nous rabattons sur un modèle plus compact : la 207 SW. Après de nouveaux essais, l’affaire est conclue et la commande est prise Il est prévu que nous toucherons notre nouvelle voiture deux mois et demi plus tard, en début Avril. Ces délais ont bien été respectés et c’est le 8 avril dernier que nous est livrée, à domicile, notre 207 SW flambante neuve…

DSCN4605


Sans encore tout connaitre des caractéristiques et des ressources que recèle ce modèle, je suis néanmoins en mesure de vous livrer mes premières impressions déjà, par comparaison avec celle que nous avons laissée : la 206 RG 1.6 ie de 2000.

Aspect général : du point de vue du type de carrosserie il y a déjà le fait que l’une était une berline de la catégorie citadine tandis que la nouvelle acquisition est un break rangé aussi dans la catégorie citadine mais de taille nettement supérieure en longueur 415 cm contre 383 et en largeur 175 cm contre 165. En conséquence le gabarit de la 207 est bien plus imposant que celui de la « 206 » et ses capacités d’accueil en passagers et bagages s’en ressentent très positivement. D’un numéro à l’autre, la voiture a pris de l’embonpoint et ses motorisations doivent se montrer à la hauteur de ce supplément de poids. Nous y reviendrons …
En montant à bord, on retrouve bien la touche propre aux sochaliennes pur jus avec l’agrément d’une finition plus flatteuse que celle de la 206 au niveau des plastiques et assemblages bien que en finition RG , la petite était de belle facture dans sa catégorie …
Mais déjà là, nous ne nous situons plus dans le même registre car nous avons opté pour une finition « Premium » qui a ses plus mais aussi ses moins …
Exemples : Ordinateur de bord plus complet, climatisation automatique bizone, régulateur de vitesses, allumage automatique des projecteurs pour la 207 - Par contre, adieu lève-vitres électriques pour les portes arrières, adieu les rétros repliables électriquement*, adieu chargeur 5CD, adieu cuir et alcantara des sièges bi-tons verts et beiges… adieu aussi les jantes en alliage…
Toutefois, dans la finition « Premium », nous avons aussi droit au toit de verre avec velum d’occultation électrique et l’auto radio bénéficiant de la fonction lecteur MP3 compense largement l’absence du chargeur 6 CD.
De la saillante couleur verte nous sommes passés au rutilant rouge « Erythrée » métallisé qui semble de bonne tenue et sied parfaitement à cette 207 SW.

A bord on apprécie la fermeté et le bon maintien des sièges avant, la luminosité de l’habitacle, la lisibilité des instruments de bords et divers combinés, l’ergonomie des commandes qui tombent bien sous la main.

DSCN4606


Les joncs plastiques gris qui ourlent certaines parties du tableau de bord comme la console centrale font un peu toc ; par contre, les cadrans à fond blanc et aux contours chromés, eux, font plutôt classe… Un inconvénient toutefois, ce cerclage peut être gênant par l’effet scintillant lorsque les rayons de soleil viennent à le frapper, cela peut être éblouissant … mais c’est heureusement dans des conditions très circonstanciées et peu courantes.

DSCN4679


La place à bord est tout à fait convenable pour quatre adultes mais, comme dans beaucoup de voiture de ce type, le 5ième passager, au centre à l’arrière, n’aura pas la meilleure place.
Côté coffre la contenance est intéressante, je peux enfin y placer le fauteuil roulant d’Annie. Le seuil de chargement de même que l’amplitude de l’ouverture rendent l’accès aisé.
Gros plus de cette SW, sa modularité par rabattement des sièges 2/3-1/3 passagers arrière dont l’assise s’enfonce dans un renfoncement du plancher lorsque l’on bascule le dossier d’un seul geste. C’est très « top » et la surface de chargement parfaitement plate est importante. Un plus, très pratique.

DSCN4678
Le fauteuil roulant d'Annie a trouvé la bonne place dans le compartiment coffre...

Étant assis aux places arrière, le toit de verre octroie bien plus de luminosité dans l’habitacle et surtout une vision panoramique accordant bien du charme aux voyages et excursions …
DSCN4608-copie-1

En route !
On sent d’emblée que nous avons en main une voiture plus lourde que la 206 .
Mais ce qui surprend, c’est la douceur mécanique de l’auto. La motorisation essence, en 120CV, s’avère suffisante pour emmener allègrement ce break et plutôt silencieusement, tout du moins lorsque l’on ne pousse pas cette mécanique dans les hauts régimes.
Même si il n’y a plus de rodage à effectuer, j’évite pour l’instant de monter au-dessus de 3500 tours minute en m’évertuant à être en toutes circonstances, sur le bon rapport pour que le moteur ne soit pas à la peine par manque de tours.

Un repère : à 100 compteur, en 5ième (boîte manuelle), on est exactement à mi régime soit à 3000 tr/mn (régime maxi : 6000 tr/mn).

Je ne connaissais pas la conduite au régulateur et donc vient de découvrir les avantages autant que les limites de cette assistance à pondérer sa vitesse. En circulation assez fluide, c’est vraiment idéal, par exemple sur RN, on fixe sa vitesse à 90 et, sans avoir à accélérer, la voiture file à cette allure ainsi programmée, constante, quel que soit le profil de la route. Une légère pression sur la pédale de frein ou un passage de vitesse et le régulateur se découple on reprend la main, ou plus exactement l’accélération ou la décélération sous le pied …
On peut aussi agir sur la palette du commodo par impulsions du bout des doigts pour augmenter ou diminuer la vitesse à programmer. C’est vraiment top !
Par contre en circulation intense le régulateur est à déconseiller et s’avère inefficace ; puisque sans arrêt on doit le déconnecter ou le connecter ; Je n’ai pas encore testé la fonction limiteur qui me semble, elle, plus contraignante du fait de limiter, justement …
Côté tenue de route, c’est bien une Peugeot et donc le comportement est très sain, rassurant efficace. Peu de roulis dans les giratoires, la voiture vire à plat sans broncher.

Au niveau suspension, c’est certainement plus ferme que la « 206 » mais les réactions sur revêtement défectueux ne sont pas trop sèches et tout à fait encaissables sans avoir les reins meurtris.

DSCN4688
Le moteur essence 1.6VTi de 120 Ch. (7 Cv fiscaux); présente une cavalerie bien suffisante pour emmener allègrement les 1278 Kg de ce break compact ..


Le Dimanche 25 Avril, allant au Mans, en famille, étant 4 adultes à bord, j’ai eu l’occasion de tester la voiture sur un parcours autoroutier ; pas de problème, la 207 a suffisamment de tonus ; on se programme un petit « 125 » au régulateur et l’aiguille sur le compte tour affiche 3750 tr/mn. Les rampes sont avalées sans défaillir dans une ambiance sereine et pas tellement bruyante, qui ne nécessite pas de monter le son de la radio de façon importante …

La consommation moyenne semble osciller entre 6.5 L et 7.5 L au 100 selon le type d’infrastructure parcourue, ça reste à vérifier dans le temps sur un panel plus ample de kilomètres.

DSCN4687

Conclusion : même si un pincement au cœur s’est vivement manifesté quand le vendeur de notre 207 est reparti au volant de notre 206 RG, je n’ai pas à regretter cette opération. Il nous fallait une voiture plus grande et pratique et cette 207 SW, l’est effectivement avec, en sus, un moelleux de roulement, plus de confort ainsi qu’un agrément de conduite un ton nettement au-dessus. Certes, ce n’est pas la panacée mais, pour nous, braves sexagénaires, cette nouvelle auto nous donne vraiment satisfaction. Et puis, elle n’est pas laide à regarder. Une auto bien sympa !
A propos
Farfadet 86

Bienvenue sur le blog de

Farfadet 86

Voir son profil

L'aventure automobile en sagas néo-rétro... L'Auto dans l'Histoire - Histoires d'autos... Les anciennes à l'honneur... Road-movies en récits-images comme si vous y étiez....

Les commentaires récents

 
Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.