Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

 
Publi info
S'abonner à ce blog
ceyal » Pollution Automobile » Nouvelle étude T&E sur le Véhicule Electrique : aucune crédibilité

Nouvelle étude T&E sur le Véhicule Electrique : aucune crédibilité

Le préambule met tout de suite dans l'ambiance "Although recent metastudies supports that the lifetime emissions of electric 3 cars are much less than their diesel or petrol counterparts, many, often biased, studies continue to claim otherwise. Often these life-cycle assessments (LCA4), rely on very conservative assumptions and methodological choices for electric cars that are either outdated or misleading and do not reflect the current state of the technology and its recent or future improvements." En résumé : les véhicules électriques émettent tout au long de leur cycle de vie bien moins de CO2 que les véhicules thermiques, même en Pologne au contraire des études biaisées qui affirment le contraire

En vérité, je vous le dis J J c'est l'étude de T&E qui est archi biaisée avec des valeurs ultra favorables au véhicule électrique et ultra défavorable au véhicule thermique.

1er biais : Evolution du réseau électrique
img-817233​1043
(photo wikipedia)

T&E fonde les calculs sur "l'Evolution à 10 ans du réseau électrique" et non pas sur le réseau actuel … sic "electricity production mixes in EU countries are based on ENTSOEs’ (European Network of Transmission System Operators for Electricity) 2020 TYNDP (Ten Year Network Development Plan) scenarios which describe European energy futures up to 2050 … Renewable electricity generation is expected to increase from 35% in 2019 to 43% in 2025, 55% in 2030 and 74% in 2040"

Autrement dit les calculs ne sont pas faits sur la base actuelle mais sur la base future
Et c'est bien connu l'herbe sera plus verte demain et tant pis si entre temps survient une énorme crise économique qui emporte nombre de ressources financières sur son passage.
La grande presse n'y a vu que du feu et a allègrement colporté les seuls tableaux synthétiques faisant croire à ses lecteurs que c'était la situation actuelle.

T&E indique 74% d'électricité sera solaire ou éolienne en 2040 … alors regardons bien les conséquences :
Conséquence 1 Le caractère intrinsèquement intermittent de l'électricité renouvelable conduit forcément à un prix de gros de l'électricité NEGATIF la moitié du temps … car la moitié du temps la production dépasse la demande [6 §4]
Conséquence 2 Pour les jours sans vent ou sans soleil donc sans électricité d'origine renouvelable, il FAUT avoir un réseau au gaz ou charbon ou nucléaire de puissance équivalente à la puissance renouvelable installée … comme on le voit déjà en Allemagne qui a un réseau 100GW renouvelable et un 2° réseau thermique/nucléaire de 100GW installé. Ce 2° réseau fonctionnera donc le reste du temps soit selon les prévisions de T&E 100-74= 26% du temps … rendant l'équilibre économique de ce 2° réseau strictement impossible …
Conséquence 3 : pour financer à la fois la construction du réseau renouvelable et l'équilibre économique des producteurs d'électricité traditionnels, il va falloir beaucoup d'argent et le prix de l'électricité va fortement augmenter comme c'est le cas en Allemagne où le prix de l'électricité est DOUBLE du prix Français.


2ème biais CO2 du carburant électrique : pour avoir de bons chiffres, c'est simple : oublier les pertes
Sic "For example one of the main studies used by anti-EV commentators, Buchal et al. 2019, uses 576 g/kWh (based on the German electricity mix from a couple of years ago) which compares to our estimate of 428 g/kWh for Germany in 2020."
Sauf que l'étude en question de Buchal et al prend la base des chiffres de l'Agence Fédérale de l'énergie Allemande, ajoute les pertes de production, les pertes du réseau de transport et les pertes du réseau de distribution parce que 1 kWh de production n'est pas du tout équivalent à 1kWh à la prise de courant … loin s'en faut mais cela T&E l'a oublié
Ainsi, pertes comprises Buchel et al trouve 576g de CO2/kWh. L'ADAC pour sa part trouve 579 g de CO2/kWh en 2018 et 548 en 2019 ...
Bref les 428g de CO2/kWh de T&E c'est une valeur possible en 2020 pour la production hors pertes, valeur irréaliste avec les pertes.
Et dans le calcul de Buchal & al, il n'est pas certain que le CO2 d'approvisionnement de toutes les matières premières (charbon, lignite, gaz, fuel … ) nécessaires à la production électrique soit réellement compté. On médite en effet qu'en 2018, la RFA a produit 23% de son électricité avec du lignite, 13% avec du charbon et 13% avec du gaz … russe en provenance de Sibérie. Quid de l'entretien des gazoducs ? quid de leur état véritable avec le dégel du permafrost ? Comme on ne sait rien de précis des pertes dans le réseau de transport de gaz depuis la Sibérie, on médite simplement que le gaz c'est du méthane avec un PRG (Potentiel de Réchauffement Global ) de 27 sur 100 ans et de 84 sur 20 ans autrement dit 1 gramme de gaz qui s'échappe c'est équivalent à 84 g de CO2

3ème biais CO2 Production des batteries
La production mentionne longuement l'étude d'IVL 2019 [2, §7] qui conduit à 61-106kg de CO2/kWh. Comme actuellement la quasi-totalité des batteries sont fabriquées en Asie ou en Pologne, c'est évidemment la valeur supérieure qui fait sens
L'annexe 1 fait l'analyse de batterie fabriquées en Chine et conduit à 110kg de CO2/kWh.
L'annexe 2 reprend l'étude MDPI [2 §4] pour la partie évolution future mais curieusement pas pour l'état actuel qui considère pourtant 123 kg de CO2/ kWh pour une batterie fabriquée en Corée, 150kg pour une batterie fabriquée en Pologne et un peu plus en Chine
A noter que les études MDPI et IVL s'appuient toutes 2 sur les travaux de l'Argonne Laboratory pour le calcul détaillé .

4° biais : des valeurs fokloriques du CO2 des véhicules de milieu de gamme thermiques
Sic "For cars sold in 2020, a medium-sized EU-average electric car emits about 90 gCO₂e/km over its lifetime, while a diesel counterpart emits 234 g CO2/km and a gasoline car 253 g/km, including upstream emissions."

Les tests ADAC pour une voiture de taille moyenne donnent du puits la roue (WTW) entre 146g de CO2/km pour une C4 Cactus et 165 g de CO2 soit une consommation moyenne de 5 litres environ en usage mixte

big-843197​8427

Ce qui est cohérent avec la valeur du CO2 de combustion + du CO2 induit en amont [3] puisque du puits à la roue, 1 litre de SP c'est 2760 g de CO2 et une litre de gazole 3170g selon l'ADEME ou l'agence US de l'environnement EPA.
big-695079​7237


T&E considère donc dans son étude qu'un véhicule diesel de taille moyenne émet su puits à la roue (wtw) 234g de CO2/km soit 7,3 litres/100 ; un véhicule essence 253 g/km soit 9 litres/100 … des valeurs extravagantes ..; sans commune mesure avec les test wtw de l'ADAC, pourtant faites pour une grande part sur un cycle exigeant dit BaB130.

Evidemment pour les véhicules thermiques aucune amélioration n'est envisagée d'ici 2030 et autant de CO2 sera toujours nécessaire

Par rapport à l'étude de T&E de février 2018 [4], non seulement le véhicule diesel n'a fait aucun progrès mais en plus sa production de CO2 est passée de 190g de CO2/km à 234 soit +44g de CO2/km soit encore +1,6 litres/100kms … extravagant ;;;;

5° biais : faire croire que le véhicule électrique est éternel
En ce qui concerne un véhicule électrique, un véhicule de la gamme moyenne parcourerait selon T&E 1500 cycles soit 340.000 kms. Ce sera sans soute le cas de quelques véhicules utilisés intensément (taxis, commerciaux, etc…) mais les chiffres d'utilisation moyenne des véhicules électriques se situent dans la vraie vie de l'utilisateur lambda à moins de 9000 kms/an [7, 2 §8] comme l'attestent de nombreuses études d'usage, notamment celle d'AAA data en raison notamment d'une autonomie ridicule sur longs trajets. Donc avec 9000 kms/an, un véhicule électrique serait supposé resté en service TRENTE CINQ ANS. A la suite de quoi, évidemment dans le monde des Bisounours, la batterie sera recyclée.
Manque de chance, selon la FIA Joannum Research [2] aucune filière de recyclage n'est en place en 2020 et que cela représentera moins de 1% de la production de batterie à terme.
Evidemment avec une durée de vie double de la dure réalité de la vraie vie, l'impact batterie est deux fois plus faible
big-843197​73d4
(photo T&E)


La Pologne produit 900g de CO2/kWh et l'Allemagne 428 g de CO2/kWh en 2020 …
Pour le CO2 de l'énergie disponible à la prise, il faut ajouter les pertes soit plus de 500g de CO2/kWh en Allemagne et 1066g de CO2/kWh en Pologne

Un véhicule de la gamme moyenne consomme en moyenne, rendement de chargeur compris 20 kWh/100 kms par exemple 19.5 pour le Kona 64kWh, 18.1 pour le e-Niro, plus de 22 pour la Nissan Leaf, entre 19 et 20 pour la Renault Zoe. Evidemment pour les gros SUV, comme la Jaguar I-Pace, voiture de l'année 2019, ou le Mercedes EQC c'est plutôt 28 kWh/100kms en utilisation mixte 1/3 ville, 1/3 route, 1/3 autoroute et 39 sur l'autoroute !
big-843197​9d8d


Rapporté à 20 kWh/100 kms pour une voiture moyenne, rendement du chargeur compris
Cela fait pour le seul carburant électrique
En Allemagne : 100g/km de CO2 pour le carburant électrique versus 60 dans cette étude T&E
En Pologne : 213g/km de CO2 pour le carburant électrique versus 110 dans cette étude T&E
Une paille !!!!!!!!!!!

A cela on ajoute le CO2 de la batterie avec une durée de vie réaliste de 15 ans ou 150.000 kms que la batterie soit usée ou non à cette échéance de temps car il y a de nombreuses raisons qui conduisent à réformer un véhicule indépendamment de l'usure de son moteur ou de sa batterie, par exemple l'apparition d'un nouveau système multimédia, de sécurité ou de conduite autonome … révolutionnaire.

On ajoute donc sur la base des 123 kg de CO2/ kWh de l'étude MDPI car la très grande majorité des batteries sont fabriquées dans des pays carbonées soit 52g de CO2/km en 2020 s'abaissant effectivement au fil du temps c'est-à-dire le double de la valeur de T&E

Bref, en 2020, en Allemagne, un VE n'apporte pas de gain de CO2 tandis qu'en Pologne, qui fabrique l'essentiel de son électricité avec du charbon ou pire du lignite, un véhicule thermique produit bien moins de CO2 qu'un véhicule électrique

On n'oubliera pas non plus qu'en Allemagne, un véhicule électrique qui consomme 20kWh induit, selon l'agence fédérale de l'environnement, 87g de NOx/km soit le DOUBLE de la valeur moyenne des 90 véhicules diesel Euro6d_temp testés par l'ADAC depuis 2 ans sur son cycle de test exigeant.

Conclusion
L'étude précédente 2018 de T&E n'avait aucune crédibilité et a été démentie par celle d'ICCT et par les publications du groupe VAG [2]
Cette nouvelle étude de T&E 2020 est encore pire que la précédente …
Avec ses valeurs extravagantes, elle se fait l'ennemi de l'écologie raisonnable et va faire basculer les européens moyens en anti-écologistes forcenés.

[1] https://www.transportenvironme​nt.org/sites/te/files/download​s/T%26E%E2%80%99s%20EV%20life%​20cycle%20analysis%20LCA.pdf
[2] http://blogs.caradisiac.com/po​llution-automobile/constructio​n-batterie-2020-8265600.html
[3] http://blogs.caradisiac.com/po​llution-automobile/vehicules-v​ehicules-thermiques-6950810.ht​ml
[4] http://blogs.caradisiac.com/po​llution-automobile/vehicule-el​ectrique-thermique-7019737.htm​l
[5] http://blogs.caradisiac.com/po​llution-automobile/vehicules-e​lectriques-thermiques-7047378.​html
[6] http://blogs.caradisiac.com/po​llution-automobile/entourloupe​s-electricite-electriques-8172​341.html
[7] https://www.autoplus.fr/actual​ite/Ventes-Voitures-electrique​s-France-Proprietaire-Voiture-​verte-1545676.html
Les derniers commentaires
BigL
22 juillet 2020 à 10h13
 
Vraiment curieux de continuer à défendre un modèle basé sur l'exploitation illimitée du pétrole. On a tous appris à l'école qu'il s'agit d'une ressource limitée, et aujourd'hui le réchauffement climatique nous indique clairement que la fête est finie.
Se borner à dépeindre un tableau sombre à date du VE, sans prendre en compte la nécessaire évolution de la production et du réseau électrique qui accompagnera le développement du VE (le "Vehicle 2 Grid", la seconde vie des batteries en stockage stationnaire pour tamponner l'intermittence de la production électrique renouvelable, les prochaines technologies de batteries, le développement du recyclage, le "verdissement" nécessaire et contraint des sources de production électrique dans TOUS les pays), est un biais au moins aussi peu crédible que les optimisations de T&E.
En clair, vous comparez une technologie qui bénéficie de 150 ans d'évolution et a atteint un degré d'optimisation très proche de sa limite physique de rendement (le VT), à une technologie balbutiante et en plein développement (le VE) et en concluez que cette dernière n'est pas au niveau. Très bien, et après ? Tout le monde reste au pétrole et on en parle plus ?
Googlebhaijan300
12 août 2020 à 13h46
 
dhfdn
ahsidfhjpidfpsdjfipds ijdsfpjdaspjfpdjaspfjdspjfs
https://www.carclickcash.com.au/
Googlebhaijan300
12 août 2020 à 13h47
 
<a href="https://www.carclickcash​.com.au/">Car Click Cash</a>
ceyal
13 août 2020 à 17h55
 
Sic "le réchauffement climatique : la fête est finie"
Ce réchauffement est INELUCTABLE car il est dû à l'augmentation de la population  dans les pays en développement qui curieusement se développent  ... c'est curieux non !!!
Depuis 30 ans, les pays développé ont BAISSE le co2/habitant de 25% alors que sur la planète le CO2/habitant a augmenté de 15% mais cela ce n'est rien car dans le même temps la population mondiale est passée de 4,5 à 7 milliards d'habitants
Bon courage, vraiment bon courage pour aller expliquer que la fête est finie aux pays en développement qui veulent se développer donc consommer de l'énergie ... et personne en pourra rien, personne ne pourra absolument RIEN  contre cela. Donc effectivement la fête est finie : le réchauffement est INELUCTABLE
Evidemment  la France avec ses 67 millions d'habitants (1% de la population mondiale) va sauver la planète en se mettant au vélo, en interdisant les véhicules thermiques et en renvoyant les Français habitant les villes et employés du tertiaire dans les champs cultiver les patates comme avant 1914
LOL ... tout cela c'est foutaise
ceyal
13 août 2020 à 18h11
 
L'électricité verte de demain sic "le "Vehicle 2 Grid", la seconde vie des batteries en stockage stationnaire pour tamponner l'intermittence de la production électrique renouvelable, les prochaines technologies de batteries, le développement du recyclage"
ON en parle depuis 10 ans sauf que
1/ V2G : la prise la plus diffusée des VEs est la Combo-CCS qui n'a pas de mode bidirectionnel  donc le V2G demeure un doux rêve. Seule la prise Chademo peut avoir en option un mode bidirectionnel ... combien de de véhicules aujourd'hui ont cela ?  alors que Chademo ets le standard Japonais depuis plus de 10 ans  
2/ recyclage : on connait tous l'état de la filière de recyclage des batteries Lithium Ion  apparue il y a 20 ans ... c'est simple c'est zero, nada, no nothing. Les études récentes de Johannes Resaerch prévoit quelques % de recyclage en 2050 ... bravo
3/ La 2° vie des batteries  ... ça c'est comme un VE qui est éternel  sauf qu'on sait maintenant qu'il parcoure moins de kms qu'un VT (en moyenne 8000 kms/an versus 12000) et que donc il sera ferraillé au bout de 15 ans  (donc 120.000 kms) car obsolète/has been comme n'importe quel VT
Le discours que l'herbe sera plus verte demain est bien connu ...
La réalité c'est que le VE ne survit que parce qu'il est archi subventionné.
Le bonus écolo étant valable tous les 2 ans et les plupart des VES étant vendus sous forme de LOA/LLD, un VE est en fait financé par la collectivité à hauteur de 3000€/an /8000 kms  soit 37cts/km !!!  et en plus le client paye la LOA ou la location de la batterie typiquement 79€/mois soit 948€/an ... trois fois moins que la collectivité
Et en plus il n'y a pas de TICPE sur le carburant électrique.
Le VE est donc une hérésie fiscale ... facile ensuite de médire du VT quand on profite autant de la collectivité
ceyal
13 août 2020 à 18h29
 
Sic "Le VE : une technologie balbutiante " ... apparue en 1881, 7 ans avant le moteur à pétrole et qui jusqu'en 1930 a connu un fort développement notamment dans les grandes villes ... sans compter que trains, métros, roulent à l'électricité ... LOL

Le problème de fond c'est le manque criant d'autonomie qui limite de fait le VE au rôle de ticket de métro individuel archi subventionné... et ça sera comme cela tant qu'on n'aura pas une autonomie de 500kms sur autoroute (soit plus de 100 kWh embarqué ... pour un prix raisonnable ) soit 2 fois plus qu'aujourd'hui avec un temps de ravitaillement de 5 minutes pour un prix raisonnable ce qui impose une prise de 1200 kW, l'équivalent de 1000 radiateurs électriques  ou de la consommation électrique d'un village .... oups)
L'hydrogène pourrait être une solution  sauf qu'aujourd'hui on le fabrique en craquant une molécule de méthane : bonjour le CO2 et bonjour le prix

Bref, hormis petit véhicule urbain alias ticket de métro personnel archi subventionné pour faire des ronds en ville , le VE est une hérésie et ceci pour longtemps

Dans ces conditions il faut réserver le pétrole et le gaz aux transports donc ne pas s'en servir pour se chauffer ni pour chauffer l'eau d'un centrale électrique ... et alors il y a assez de pétrole et de gaz le temps de développer une filière hydrogène fiable, peu coûteuse et sure ... mais ça ce n'est pas pour demain matin de bonne heure

Bref l'étude de T&E qui oublie le roulage sur route/autoroute, oublie le rendement de chargeur embarqué dans le VE  (20% de pertes environ), les pertes du réseau de distribution (10%), du réseau de transport (10%), les pertes de production (encore 10%)  c'est du grand guignol ... Conclure qu'un VE roulant avec le carburant électrique Polonais (75% de charbon/lignite) est plus vertueux qu'un VT de même taille n'a aucune crédibilité car dans la vraie vie, on fait  rouler DEUX VT avec le CO2 d'un seul VE polonais.
BigL
28 août 2020 à 14h04
 
- "Ce réchauffement est INELUCTABLE car il est dû à l'augmentation de la population  dans les pays en développement qui curieusement se développent  ... c'est curieux non !!!
Depuis 30 ans, les pays développé ont BAISSE le co2/habitant de 25% alors que sur la planète le CO2/habitant a augmenté de 15% mais cela ce n'est rien car dans le même temps la population mondiale est passée de 4,5 à 7 milliards d'habitants
Bon courage, vraiment bon courage pour aller expliquer que la fête est finie aux pays en développement qui veulent se développer donc consommer de l'énergie ... et personne en pourra rien, personne ne pourra absolument RIEN  contre cela. Donc effectivement la fête est finie : le réchauffement est INELUCTABLE
Evidemment  la France avec ses 67 millions d'habitants (1% de la population mondiale) va sauver la planète en se mettant au vélo, en interdisant les véhicules thermiques et en renvoyant les Français habitant les villes et employés du tertiaire dans les champs cultiver les patates comme avant 1914
LOL ... tout cela c'est foutaise"
Argument négationniste habituel consistant à rejeter la faute sur les autres pour justifier de ne rien faire soi-même. Ce raisonnement se heurte à la réalité et notamment au fait que la Chine, pour citer l'exemple le plus représentatif, est largement en tête dans le développement du VE (qui plus est dans un développement à marché forcée). Donc s'ils sont une bonne partie du problème, ils en sont également une bonne partie de la solution et ce n'est pas une raison pour rester sous notre béret devant notre verre de rouge en maugréant "les autres d'abord". Si tout le monde fait comme ça, évidemment rien ne changera, raisonnement implacable de mauvaise foi.
De plus, réduire le VE à un moyen de lutte contre le dérèglement climatique est erroné car il agit aussi et surtout, pour ce qui concerne notre nombril, d'un point de vue sanitaire. Mais là aussi, j'imagine que la pollution de l'air français est INELUCTABLE par la faute des pays en développement ?

- "1/ V2G : la prise la plus diffusée des VEs est la Combo-CCS qui n'a pas de mode bidirectionnel  donc le V2G demeure un doux rêve. Seule la prise Chademo peut avoir en option un mode bidirectionnel ... combien de de véhicules aujourd'hui ont cela ?  alors que Chademo ets le standard Japonais depuis plus de 10 ans"
Les standards peuvent évoluer, et surtout le CCS, il suffit de le vouloir : https://www.automobile-propre. [...] et-le-v2x/
Et déjà aujourd'hui : https://www.lesnumeriques.com/ [...] a4469.html Les Zoé ne sont pas en Chademo que je sache.
Croyez-le ou non, les chercheurs cherchent, les industriels travaillent, les besoins évoluent et les mentalités changent.

- "2/ recyclage : on connait tous l'état de la filière de recyclage des batteries Lithium Ion  apparue il y a 20 ans ... c'est simple c'est zero, nada, no nothing. Les études récentes de Johannes Resaerch prévoit quelques % de recyclage en 2050 ... bravo"
Le recyclage se développera avec le marché et les régulations. Là encore, c'est prendre la question à l'envers : "ça ne marchera jamais car ça ne marche pas aujourd'hui". Le blocage est essentiellement économique.

- "3/ La 2° vie des batteries  ... ça c'est comme un VE qui est éternel  sauf qu'on sait maintenant qu'il parcoure moins de kms qu'un VT (en moyenne 8000 kms/an versus 12000) et que donc il sera ferraillé au bout de 15 ans  (donc 120.000 kms) car obsolète/has been comme n'importe quel VT
Le discours que l'herbe sera plus verte demain est bien connu ... "
Je ne sais pas d'où viennent vos chiffres, mais il est assez logique que les premiers VE à petite autonomie parcourent relativement moins de kilomètres que les VT. Un "ferraillage" courant à 150000km d'une batterie de 20kWh peut-être, d'une batterie de 50kWh certainement pas.
De plus en plus d'acheteurs de VE récents sautent le pas par un simple calcul : plus on roule, plus la rentabilité est atteinte rapidement. Si on prend le prix d'achat de compactes moyennes type Ioniq ou Leaf (dès 24000€ remise et bonus déduits), on peut même considérer que la rentabilité est immédiate car les VT équivalents sont vendus à peu près au même prix.

- "La réalité c'est que le VE ne survit que parce qu'il est archi subventionné."
Le VE ne "survit" pas, il est en plein développement.

- "Le bonus écolo étant valable tous les 2 ans et les plupart des VES étant vendus sous forme de LOA/LLD, un VE est en fait financé par la collectivité à hauteur de 3000€/an /8000 kms  soit 37cts/km !!!  et en plus le client paye la LOA ou la location de la batterie typiquement 79€/mois soit 948€/an ... trois fois moins que la collectivité
Et en plus il n'y a pas de TICPE sur le carburant électrique.
Le VE est donc une hérésie fiscale ... facile ensuite de médire du VT quand on profite autant de la collectivité"
Une hérésie fiscale, ça veut dire quoi ? Vous semblez méconnaitre le principe du bonus/malus. C'est un choix incitatif et pas une erreur : il y a une volonté politique derrière, et un système qui bon an mal an, s'équilibre. Le bonus est amené à diminuer au rythme du développement du marché et de la baisse des prix. Dans le même temps, les acheteurs de VE s'acquittent et s'acquitteront comme tout le monde de la TVA, et les acheteurs de VT ont profité et profitent majoritaitement de la prime à la conversion (vils profiteurs de la collectivité que sont les acheteurs de diesel !).

- "Sic "Le VE : une technologie balbutiante " ... apparue en 1881, 7 ans avant le moteur à pétrole et qui jusqu'en 1930 a connu un fort développement notamment dans les grandes villes ... sans compter que trains, métros, roulent à l'électricité ... LOL"
Oui, si ça vous amuse on peut comparer des choses qui n'ont rien à voir, mais depuis combien de temps exactement les constructeurs automobiles se sont lancés dans le VE "de masse" ? Moins de 10 ans en gros, avec les Leaf, Ion/C-Zéro/Imiev et Zoé. Dans ce laps de temps, la taille moyenne des batteries a plus que doublé, les capacités de recharge également et les prix ont globalement stagné. Surement par effet d'aubaine, les constructeurs maintiennent les prix catalogues hauts tant que les gens achètent au rythme des capacités de production (je ne nie pas les effets pervers d'un marché aidé), mais au moins ça fonctionne et c'est l'acheteur de véhicule malussé qui paie, sans que personne ne lui mette le couteau sous la gorge que je sache. L'acheteur veut son SUV thermique et semble prêt à payer un malus pour ça, alors ça gêne qui dans l'histoire ?

- "Le problème de fond c'est le manque criant d'autonomie qui limite de fait le VE au rôle de ticket de métro individuel archi subventionné... et ça sera comme cela tant qu'on n'aura pas une autonomie de 500kms sur autoroute (soit plus de 100 kWh embarqué ... pour un prix raisonnable ) soit 2 fois plus qu'aujourd'hui avec un temps de ravitaillement de 5 minutes pour un prix raisonnable ce qui impose une prise de 1200 kW, l'équivalent de 1000 radiateurs électriques  ou de la consommation électrique d'un village .... oups)"
D'où sort cette valeur de 500km ? Quel pourcentage des automobilistes fait régulièrement 500km sur autoroute ? Qui dit que le VE doit devenir la SEULE option automobile ? Ce raisonnement biaisé et extrémiste n'a pas de sens. On voit bien aujourd'hui que les VE récents, couplés à un bon réseau de recharge (c'est essentiellement là que ça rame actuellement), sont viables pour l'essentiel des besoins automobiles. Personnellement je milite pour des VE à petites/moyennes batteries avec REX (amovible ou non, thermique ou électrique) car ça me semble être une solution qui couvre TOUS les usages (y compris le sacrosaint Lille/Nice que tout le monde semble faire régulièrement dès qu'on cause VE), avec un bon équilibre coût/CO2, mais apparemment ce n'est pas la voie qui se dessine... bref, les prochaines années seront riches en enseignement sur la technologie et le marché, mais il est absurde de condamner sur la base du marché actuel le VE à batterie, au moment justement où tous les constructeurs se rendent compte que c'est bien cette option là qui est appelée à prendre une grande place dans le mix automobile particulier pour tout un tas de raisons que vous semblez prendre un malin plaisir à oublier.

- "L'hydrogène pourrait être une solution  sauf qu'aujourd'hui on le fabrique en craquant une molécule de méthane : bonjour le CO2 et bonjour le prix"
Ah, l'hydrogène, le voilà. Avec son rendement minable, ses conditions de stockage et transport impossibles, son prix (en production "verte" et achat de la PAC... + de la batterie et de tout la chaine de propulsion identique à un VE!) et son bilan carbone, un consensus se dessine chez les industriels sur le fait que l'hydrogène ne se développera pas pour les voitures, juste pour les transports lourds.

- "Bref, hormis petit véhicule urbain alias ticket de métro personnel archi subventionné pour faire des ronds en ville , le VE est une hérésie et ceci pour longtemps"
Pourquoi cette caricature ? Je possède une Leaf 24kWh achetée d'occasion pour un prix inférieur à son équivalent thermique, et je ne me contente pas de faire des ronds en ville malgré sa petite batterie. Je l'ai choisie car elle correspond à mon besoin (en véhicule principal, le second véhicule thermique du foyer étant relégué aux longs trajets occasionnels), et elle me permet d'importantes économies, un plaisir de conduire incomparable (du moins avec n'importe quel autre véhicule de même gamme), et EN PLUS de faire des ronds d'une bonne centaine de kilomètres de rayon sans trop me poser de questions (ayant la chance de vivre dans une région au dense maillage en bornes). Et comble de la prétention, je ne le ressens pas du tout comme une "hérésie".

- "Dans ces conditions il faut réserver le pétrole et le gaz aux transports donc ne pas s'en servir pour se chauffer ni pour chauffer l'eau d'un centrale électrique ... et alors il y a assez de pétrole et de gaz le temps de développer une filière hydrogène fiable, peu coûteuse et sure ... mais ça ce n'est pas pour demain matin de bonne heure"
Et pourquoi on développerait une filière hydrogène fiable, peu coûteuse, sûre et vertueuse plus rapidement que des technologies de batterie fiables, peu coûteuses, sûres et vertueuses ? Vos certitudes et votre biais idéologique sont étranges, à croire au progrès de l'hydrogène mais pas des batteries ; avez-vous des actions chez quelque pétrolier ?

- "Bref l'étude de T&E qui oublie le roulage sur route/autoroute, oublie le rendement de chargeur embarqué dans le VE  (20% de pertes environ), les pertes du réseau de distribution (10%), du réseau de transport (10%), les pertes de production (encore 10%)  c'est du grand guignol ... Conclure qu'un VE roulant avec le carburant électrique Polonais (75% de charbon/lignite) est plus vertueux qu'un VT de même taille n'a aucune crédibilité car dans la vraie vie, on fait  rouler DEUX VT avec le CO2 d'un seul VE polonais."
Là encore, étrange cette obsession polonaise. Quel est le calcul exactement, derrière la conclusion 2 VT = 1 VE polonais ?
Et quelle est la distinction entre pertes de production, pertes du réseau de distribution et du réseau de transport ? (qui nous emmène déjà tranquillement à 30% de perte avant de pénétrer le réseau domestique) Pertes par rapport à quoi ?
A propos
ceyal

Bienvenue sur le blog de

ceyal

Voir son profil

Traiter de l'actualité de ce sujet peu évoqué en détail par les média.

Catégories
Les commentaires récents

Copyright © Car & Boat Media - Tous droits réservés

Caradisiac, 1er site d’actualité automobile : info auto en continu pour découvrir les dernières nouveautés dans le domaine de l’automobile avec tous les essais de voiture et d’accessoires (GPS, radars, tuning). Evaluez au mieux la valeur de votre véhicule avec la cote auto gratuite et consultez également nos guides d’achat neuf et occasion afin d’effectuer votre achat en toute tranquillité.